Auteur Sujet: petit topo d'utilisation du violon en psychologie  (Lu 3315 fois)

Hors ligne bernard

petit topo d'utilisation du violon en psychologie
« le: 13 mars 2011 à 11:10:52 »
A l’invitation d’olivier L, je reviens un peu sur l’utilisation du violon dans ma pratique professionnelle.

Cadre :

J’exerce à titre libéral le métier de psychologue, dans ce cadre je suis spécialisé en précocité intellectuelle. A lire cette spécialité beaucoup imagineront les « surdoués » car c’est une confusion classique. La précocité intellectuelle inclut la surdouance et ne s’y réduit pas, loin de là. Le précoce (quelque soit son âge) est une personne dont la vitesse de conduction neuronale est supérieure à la moyenne (2 m/s). Il s’agit d’une donnée génétique dont les implications sont multiples.

Le cerveau (cf Damasio, 2003) traite les informations reçues de façon d’abord émotionnelle, si tout va bien le courant va être traité ensuite par les zones de « l’intelligence », si ça ne va pas (émotion forte ou émotion bloquée) le courant va directement aller dans les zones de comportement et déclencher parfois des effets assez surprenants (agressivité, délire, phobies, tocs, stress…..) La personne constate et subit ce qui lui arrive, ce n’est pas elle qui décide.

Nous connaissons tous ce genre de phénomènes dans la vie de tous les jours : nous jouons correctement un morceau, puis mettons la caméra en marche pour l’envoyer sur notre cher forum et là, patatra, trac stress et zimboum, nous jouons mal… Emotion quand tu nous domine !!

Une personne précoce se caractérise donc par une hyperémotivité et une hypersensibilité  et non par une hyperintelligence (en fait il est très délicat de définir l'intelligence, le chiffre de QI est un indicateur de vitesse de conduction neuronale, c'est tout).

Ma patientèle est gérée afin d’être composée pour moitié d’adulte et moitié enfants - ado, je reçois des personnes de tout milieux, leur « état » allant de problèmes de couple à l’autisme.
 
Voilà pour le cadre.

Idée de départ :

Au niveau de la structure du cerveau, les émotions sont gérées par le système limbique, ce système est en interaction permanente avec certains contrôleurs du système proprioceptif, c'est-à-dire du système de gestion de la posture, du mouvement. « En physiologie, la proprioception désigne l'ensemble des récepteurs, voies et centres nerveux impliqués dans la sensibilité profonde, qui est la perception de soi-même, consciente ou non, c’est-à-dire de la position des différents membres et de leur tonus, en relation avec la situation du corps par rapport à l’intensité de l’attraction terrestre » (wikipédia).

Les zones du cerveau sont en interaction permanente, modifier l’une entraine modification chez l’autre.

L’idée du travail sur le corps est donc logique et je m’y attèle depuis plusieurs années avec peu d’outils.

La lecture de « Le Violon intérieur » de madame Dominique Hoppenot m’a conduit à l’idée d’utiliser le violon comme support au travail.

Je suis donc parti sur un à priori de centrage d’utilisation du violon pour la prise de conscience du corps, notamment les yeux fermés. Je reçois mes patients tous les 15 jours, je leur prête donc un violon pour qu'ils travaillent en dehors de la séance, d'où ma collection présentée l'autre fois.

Ce qui s’est passé :

Acte manqué par essence, j’ai oublié la charge émotionnelle déclenchée par le prêt du violon… Tout ce qui tombe sous le sens rebondit ailleurs, comme disait l’autre.

Le premier travail a été donc sur l’interdit de se faire plaisir, le violon étant un support à l’apparition du conflit. Ça c’est cool et ça marche bien, les résultats sont très satisfaisants.

Le deuxième travail a été de déstabiliser des personnes souffrant de problématiques « abandonniaques » ces personnes, à leur insu, font tout ce qui faut pour être rejetées, non seulement cela n’arrive pas, mais en plus je leur prête un violon ! ça fait bizarre, cela a permis de décoincer spectaculairement deux suivis. Ok !

En séance je travaille maintenant directement sur les montées d’émotions lorsque je sort le violon l’accorde et le met dans les mains du patient, c’est un très bon support.

Autre aspect : le centrage :

Beaucoup de précoces ayant peur des autres en permanence, sont centrés sur l’extérieur et ne s’occupent en fait jamais d’eux, ils sont capable de s’occuper des autres (souvent très bien) ( parce qu'en plus ils sont fondamentalement super gentils!), de leurs jeux (notamment vidéos), des problématiques de la terre entière, mais pas de ce qui se passe émotionnelle-ment à l’intérieur d’eux !!!

Lorsque l’on joue du violon, on peut se centrer sur la technique (extérieur), sur le son produit par le violon (extérieur), le passage sur une corde à vide suffit.
On peut aussi fermer les yeux, s’imaginer dans une bulle et se concentrer sur ce qui se passe à l’intérieur de soi tant au niveau des vibrations que des émotions.
Plus le mouvement est lent, mieux c’est…. Plusieurs personnes utilisent le violon pour se découvrir ainsi. Pour l’instant les effets sont positifs, c’est un bon exercice,  j’affine la technique progressivement et ça avance bien.

L’étape suivante est la prise de conscience de l’ensemble de la position du corps. Là c’est plus dur, je fais travailler sur la prise de conscience des tensions et de leur apparition progressive, c’est un travail très riche avec les adultes, plus difficile avec les enfants. Là aussi cela avance.

Enfin , la cerise sur le gâteau, être dans le présent :

Là c’est coton ! nous vivons dans une société de performances et de résultats, de recherche de plaisir ou d’utile. Nous oublions souvent la simple base, nous « sommes » avant de « faire ». Ce que nous faisons peut toujours être mieux fait par d’autres, ou sera fait par d’autres après notre mort. Par contre en tant qu’être nous sommes uniques. Lorsque l’on tombe amoureux c’est de l’autre, pas de ce qu’il fait ! Nous aimons nos bébé, alors qu’ils ne font pas grand-chose, par contre, qu’est-ce qu’ils sont !

La prise de conscience de l’être par le mouvement dépouillé de toute finalité est une pratique zen classique, je l’utilise avec comme support un violon. C’est très chouette et lorsqu’on y arrive c’est le pied !!!!
Pour l’instant c’est cette dernière dimension que j’approfondis, c’est un sacré travail qui n’en est qu’à ses balbutiements.

Voilà !

Hors ligne Olivier LESSEUR

  • Administrateur
  • Membre Fortissimo
  • *****
  • Messages: 11065
  • Total likes: 409
  • Apprendre c'est bien. Comprendre, c'est mieux.
    • Une méthode de violon en 8 volumes avec CDs audios, dvd-rom et DVDs de cours vidéos, pour apprendre et perfectionner le violon classique, irlandais, tzigane et jazz.
Re : petit topo d'utilisation du violon en psychologie
« Réponse #1 le: 13 mars 2011 à 11:49:17 »
Bernard, je te retourne un compliment que l'on m'a parfois fait : ton travail est impressionnant. Avec une analyse qui peut sembler théorique/scientifique au premier abord mais que l'on sent ensuite très pragmatique.

On y découvre des aspects auquels on ne pense pas quand on n'a pas le "haut débit", et qui peuvent aussi faire réfléchir de manière constructive, même quand on n'est pas touché par la précocité intellectuelle.

J'imagine que tes patients doivent avoir une forte poussée émotive quand celui qu'ils vont voir pour des soins leur fait un cadeau aussi inattendu !

Au risque de me répéter, je trouve ton travail vraiment passionnant et ce sera un plaisir de suivre l'évolution de tes recherches dans ce domaine.
« Modifié: 13 mars 2011 à 11:52:31 par Olivier LESSEUR »
Lisez le livre de olivier Lesseur le violon autrement :LVA: pour comprendre la technique et harmoniser les gestes avec l'instrument.
+ de 2000 cours vidéos GRATUITS sur la chaine Youtube "Apprendre le Violon"
La méthode d'Olivier Lesseur en 8 volumes : http://www.methodelesseur.fr

Hors ligne Chantal

  • Membres intégrés
  • membre Staccato
  • ***
  • Messages: 1043
  • Total likes: 0
  • Mettre le feu à son violon!!!
    • Retraite et Violon
Re : petit topo d'utilisation du violon en psychologie
« Réponse #2 le: 13 mars 2011 à 12:14:56 »
bernard ,
Moi aussi j'attend avec impatiente la suite de cette étude, vraiment très interressant.
La corde de sol, la plus grave, suscite une sonorité riche, profonde, inspire un sentiment de noblesse. La corde de ré se distingue par son caractère plus passionné, plus vif. La corde de la s'ouvre et s'épanouit dans l'espace. La plus brillante et la plus extravertie des quatre est la corde de Mi.

Hors ligne lyrane

Re : petit topo d'utilisation du violon en psychologie
« Réponse #3 le: 13 mars 2011 à 15:43:24 »
Bernard je te remercie ! non seulement ton travail est impressionnant mais surtout extrêmement innovateur je pense et une ouverture dans ta profession...
J'ai je pense dans mes élèves internes un garçon de 12 ans exactement tel que tu le décris dans tes patients... il est suivi et d'ailleurs change d'école l'an prochain...
si j'avais eu tes talents je n'aurais pas hésité à lui confier un violon un week end !!!
En tous les cas je te félicite et espère encore te lire dans la progression de ton travail avec le violon !
"Tu me dis, j'oublie. Tu m'enseignes, je me souviens. Tu m'impliques, j'apprends."
Benjamin FRANKLIN


Venez vous inscrire sur mon blog : http://leviolonsecret.blogspot.com

anne-marie

  • Invité
Re : petit topo d'utilisation du violon en psychologie
« Réponse #4 le: 13 mars 2011 à 16:03:43 »
Les vibrations produites par un instrument peuvent effectivement jouer un rôle prépondérant sur notre état émotionnel. Je pense aux percussions qui sont utilisées de manière ancestrale et génèrent toutes sortes d'émotions. Je pense également au didjéridoo(c'est instrument à vent d'origine australienne) qui génère des sons extrêmement profonds qui nous touchent au coeur de nous-mêmes; j'en ai fait deux fois l'expérience et j'ai rencontré une personne qui l'utilise pour relaxer, déstresser  ses patients.
Cela rejoint je pense, ce que tu approfondis avec le violon, Bernard. Cela vaut le coup de prendre le temps de se" poser" avec son violon et l'écouter vraiment au-delà des exercices et des gammes....

Hors ligne natsaka

Re : petit topo d'utilisation du violon en psychologie
« Réponse #5 le: 13 mars 2011 à 17:07:27 »
Merci Bernard pour ce compte rendu des plus interessants.
Je crois que je suis bien partie pour le lire encore et le relire, car, c'est un concentré d'information que je dois diluer avant d'en saisir toute la teneur, mais j'en saisi déjà la portée : elle est énorme.

Nat.(Bravissimo)
La pointe, c'est de l'autre côté !

Hors ligne lyrane

Re : petit topo d'utilisation du violon en psychologie
« Réponse #6 le: 13 mars 2011 à 17:33:21 »
Je suis d'accord avec Nath... d'ailleurs j'ai enregistré sur word pour le relire tranquillement... par contre pourrais tu m'expliquer la deuxième partie de cette phrase car je n'ai pas saisi... : Nous aimons nos bébé, alors qu’ils ne font pas grand-chose, par contre, qu’est-ce qu’ils sont !

Merci encore
"Tu me dis, j'oublie. Tu m'enseignes, je me souviens. Tu m'impliques, j'apprends."
Benjamin FRANKLIN


Venez vous inscrire sur mon blog : http://leviolonsecret.blogspot.com

mamyfly

  • Invité
Re : petit topo d'utilisation du violon en psychologie
« Réponse #7 le: 13 mars 2011 à 17:56:10 »
Je trouve aussi cette approche très intéressante , mais je vais devoir y retourner , c'est dense ! Mais ça doit être difficile à condenser !

Pour ce qui est du son et des ses effets dans le corps et donc l'esprit (appelons ça ainsi ) ma professeure de Taï chi nous fait pratiquer un exercice qui consiste à trouver "notre" son" , nous nous transformons en un grande flûte  et si nous parvenons à trouver "notre" son, nous devons ressentir un bien être intérieur . Personnellement , je le trouve de temps en temps , pas toujours , mais il est vrai que quand je pense l'avoir c'est trrrrrrrrrrrrès agréable .
Je retrouve dailleurs dans ce que tu fais le travail que je fais au Taï chi , je ne saurais pas bien expliquer de suite mais je ressens quelque chose de très similaire .
De plus, j'ai lu le livre de D. Hoppenot , je vais y retourner ,j'ai un peu oublié , mais je me souviens que sa lecture  m'avait donné la sensation que le violon et le Taï chi allaient faire équipe chez moi , je ne peux pas encore bien verbaliser , mais je vais essayer , ça vaut le coup !

Merci Bernard !
« Modifié: 19 mars 2011 à 23:27:58 par mamyfly »

Hors ligne bernard

Re : petit topo d'utilisation du violon en psychologie
« Réponse #8 le: 13 mars 2011 à 19:09:53 »
ben dis donc...
Lyrane, lorsque je parle des bébé ce que je veux dire c'est qu'ils "sont", c'est à dire que l'affectif que nous leur adressons n'est pas lié à leurs actions mais à leur être. J'aurais pu écrire que leur être est omniprésent. Si on creuse un peu, c'est valable pour tout le monde, lorsque nous sommes en colère après quelqu'un (croyons nous), c'est en fait après ses actions ou ses propos que nous sommes en colère (donc pas après lui)...
mais là nous sortons du cadre violon.

En ce qui concerne les vibrations ou les disciplines asiatiques, à mon avis c'est très précisément ce dont il s'agit. En effet, une triangulation est possible entre zen - violon - psychologie. La physique avec la théorie des cordes ne nous apprend rien d'autre, tout est vibration.

Ceci ré-ouvre le questionnement sur le temps tel qu'il est resté après le dialogue entre Bergson et Einstein, la musique étant un point de liaison remarquable en ce domaine (Einstein jouait du violon).

D'un point de vue très concret, je me souviens d'un post (je crois de cricri) traitant du travail de la lenteur, il y a là un point de convergence expérimentable sur les instruments à cordes frottées, j'y passe beaucoup de temps à oublier le temps...

Par rapport aux vibrations, la façon de tenir le violon dans le baroque est très intéressante, pas d'épaulière, pas de mentonnière, le violon est posé sur la clavicule. Il y a un côté embrassement du violon, le ressenti y est encore plus physique qu'en position habituelle. je me sert beaucoup de cette position tant au niveau professionnel que personnel. Avis aux amateurs...
 

Hors ligne Chantal

  • Membres intégrés
  • membre Staccato
  • ***
  • Messages: 1043
  • Total likes: 0
  • Mettre le feu à son violon!!!
    • Retraite et Violon
Re : petit topo d'utilisation du violon en psychologie
« Réponse #9 le: 13 mars 2011 à 19:59:54 »
Effectivement Einstein jouait du violon, hier soir j'ai vu sur Arte "E=MC2", ils en parlaient, c'était interressant.
Personnellement quand je joue au violon et que j'utilise les cordes à vide, je sens toujours une vibration au-dessus du plexus solaire, c'est très agréable. :amour1:
La corde de sol, la plus grave, suscite une sonorité riche, profonde, inspire un sentiment de noblesse. La corde de ré se distingue par son caractère plus passionné, plus vif. La corde de la s'ouvre et s'épanouit dans l'espace. La plus brillante et la plus extravertie des quatre est la corde de Mi.

Hors ligne Christophe

Re : petit topo d'utilisation du violon en psychologie
« Réponse #10 le: 13 mars 2011 à 23:29:18 »
Merci Bernard, c'est très instructif !

Mais je crois aussi que je vais devoir le relire. En tout cas, c'est un boulot hors normes, certainement très intéressant. J'aime assez le principe d'inventer les solutions.

Pour ce qui est des bébés qui sont, j'ai percuté tout de suite. Mes enfants sont les seules personnes pour lesquels mon amour est sans aucune condition. Il leur est acquis, quels que soient leurs actes ou leurs choix.

Hors ligne Laurent

Re : petit topo d'utilisation du violon en psychologie
« Réponse #11 le: 15 mars 2011 à 19:02:50 »
Très intéressant Bernard votre sujet.

Je ne suis pas spécialiste comme vous en psychologie mais est ce que la symbolique ne serait pas l`explication.
N`y a t`il pas dans le violon quelque chose de mystique, d`irrationnel ? Si l`on prend le matériau dans lequel il est taillé : le bois a sa propre symbolique.  Le son si particulier, harmonieux, attractifs, séduisants, capables de charmer ou de captiver.





Hors ligne bernard

Re : petit topo d'utilisation du violon en psychologie
« Réponse #12 le: 17 mars 2011 à 20:49:51 »
Prenons des crins de cheval, un peu de résine, des boyaux de moutons, frottons... bof!!

Ajoutons une boite en bois, avec un ou des trous pour faire rentrer le son... c'est mieux...

Mettons un petit morceau de bois (fin) entre les cordes et la boite... ha! c'est encore autre chose, deux phénomènes se combinent: les vibrations du son projetées dans la boite se combinent aux vibrations des cordes transmises au bois... Il se passe quelque chose de particulier.
Alors prenons un bois qui vibre très bien, pas le même au fond et dessus la boite, ça commence à être quelque chose tout ce mélange de vibrations qui s'épousent jusqu'à donner un son...
Compliquons encore un peu en piégeant le son à certains endroits et en lui laissant des espaces particuliers pour sortir de la boite... ça c'est super chouette.

Mais bon, il manque quelque chose, un supplément qui viendra animer le tout d'une nouvelle confluence de vibrations, sorte de resserrement nécessaire rendant possible l'élargissement et l'épanouissement de toute les vibrations.. l'âme... et le tour est joué... Jeux subtil de vibrations, choix et travail du bois uniquement au service des vibrations... le violon c'est une histoire de vibrations...

Par la vibration on accède au mystique, je vous rejoins tout à fait! Aoum !   (faites vibrer un bol tibétain près d'un violon et vous verrez!!!!)

Hors ligne Laurent

Re : petit topo d'utilisation du violon en psychologie
« Réponse #13 le: 18 mars 2011 à 00:19:45 »
Bonsoir Bernard,

je ne peux qu`approuver ce "plan vibratoire"  :super:

Étant bien sur passionné par le violon je suis aussi très intéressé par les symbolismes des civilisations mythiques notamment par celle de la Grèce avec la chance d`y résider.

Si l`on observe la toile d`Apollon écorchant Marsyas peinte en 1618,



Vous pouvez observer un concourt musical arbitré par les muses et le roi Midas, une bizarrerie est à relevée.  le Guerchin peint bien un pan, un silène à pattes de chèvre, mais l´instrument musical qu´il nous montre n´est ni une flûte, ni  une lyre , mais un violon ! ( juste au dessus des mains attachées de la victime.)

L´hermétisme du violon ou la Boîte à musique : « Le violon est alors, en termes d’ethnologie, une hiérophanie, un objet qui nous rend sensible à une réalité cachée) ce phénomène s’appelle tout simplement … la magie !

A l’origine de tout mythe ou religion l’Histoire nous apprend que l’on assiste à une violence ou pire, un meurtre. On dit abattre un arbre, exécuter une pièce. Pour qui a déjà entendu un arbre en train de tomber, ce premier son est un cri de douleur inouïe. Le bois au lieu de mourir, de pourrir, comme doit être sa vocation naturelle, va continuer à vivre et à vibrer à travers l’instrument. Cette résurrection suppose un rapport particulier à la vie et à la mort où la notion de temps « sa vie » s’oppose à celle du temps « historique.

L’âme du violon présente des analogies tant techniques que symboliques avec cet AXIS MUNDI. La religion judéo-chrétienne a repris cette cosmogonie et de nombreux objets symboliques sont de fait des tabernacles.

On peut le qualifier de religieux en ce qu’il implique de sacralisation, de croyances et d’irrationnel. Certains violons ont de ce fait été baptisés. Par exemple, la plupart des Stradivarius portent le nom de leurs illustres utilisateurs ou propriétaires.