Auteur Sujet: Des chevilles de règlage fin  (Lu 3990 fois)

Hors ligne Christophe

Des chevilles de règlage fin
« le: 04 août 2010 à 06:18:04 »
Je poste ce sujet ici, bien que d'après les constructeurs, il faut les faire poser par un luthier si vous ne souhaitez pas faire de bêtises.

Je ne sait pas ce que cela vaut, mais dans le cas où ne souhaite pas découper des mécaniques pour les adapter au violon, il existe des chevilles qui font plus ou moins la même chose.

Je n'ai vu que 2 marques pour l'instant :

Wittner - http://www.soundshapes.info/pages_music/notebook_violin/wittner_pegs/finetunepeg.html
Perfection Planetary - http://www.music123.com/Perfection-Planetary-Violin-Pegs-470992-i1438129.Music123

Est-ce que quelqu'un connait ?

Hors ligne jean-no

Re : Des chevilles de règlage fin
« Réponse #1 le: 04 août 2010 à 10:57:55 »
Bonjour,
Oui je pense que l’intervention d’un luthier s’impose. D’une part il faudra coller les chevilles, les recouper et fignoler l’esthétique, et d’autre part il est possible que certains perçages devront être agrandis ou au contraire nécessiteront un rebouchage et dans ce cas la facture risque d’être salée.
Ce type de chevilles est un poil plus précis qu’une mécanique de guitare classique  haut de gamme mais j’attire ton attention qu’en aucun cas on atteindra la précision et le confort obtenu avec un cordier carbone, pusch ou simplement des tendeurs ajoutés. Pour s’en rendre compte il suffit de faire une comparaison dans n’importe quel magasin avec une guitare classique et une guitare électrique équipée d’un cordier ou vibrato type Floyd Rose avec réglage fin sur ledit  vibrato.
Si des chevilles en ébène de qualité sont ajustées correctement elles sont au mois aussi efficaces que des mécaniques, mais pour cela il faut que l’utilisateur ait appris à se servir des chevilles  et qu’il accepte de les faire entretenir de temps en temps.
Je note aussi que la plupart des gens qui se plaignent des chevilles sont ceux qui possèdent des violons où aucun montage par un luthier n’a été effectué et bien sûr les chevilles pas ajustées ou des instruments qui n’ont pas vu de luthier depuis très longtemps.
D’autres part, j’ai de nombreux clients qui n’ont jamais accordé autrement qu’avec  les chevilles et moi-même j’accorde tous les violons que je vends avec les chevilles et cela ne pose aucun problème, question d’habitude sans doute.
L’installation de ce type de chevilles aura un prix variable selon les travaux qui pourra être très élevé. Peut être que la dépense ne se justifie pas vraiment surtout s’il y a des rebouchages à faire.
Il présente l’avantage d’être simple d’utilisation et ne néccessite aucun ou peu d’entretien mais je le répète n’atteindra en aucun cas la précision d’un bon tendeur.
Jean-No

Hors ligne Olivier LESSEUR

  • Administrateur
  • Membre Fortissimo
  • *****
  • Messages: 10926
  • Total likes: 395
  • Apprendre c'est bien. Comprendre, c'est mieux.
    • Une méthode de violon en 8 volumes avec CDs audios, dvd-rom et DVDs de cours vidéos, pour apprendre et perfectionner le violon classique, irlandais, tzigane et jazz.
Re : Des chevilles de règlage fin
« Réponse #2 le: 04 août 2010 à 12:03:42 »
Si j'ai bien compris, au niveau concept, c'est donc un mélange de mécanique de guitare avec une cheville classique de violon, la partie trouée du milieu tournant plus vite que la cheville.

Bon, comme dit l'autre il faudrait essayer ... mais je vais vous donner mon avis de violoniste : Tous les violons que j'ai eu entre mes mains, à partir du moment où ils ont été réglés par un luthier au niveau des chevilles, j'e n'ai jamais eu besoin d'y retourner pour refaire un nouveau réglage. ( si besoin, craie et savon ou produits de subsitution du commerce, mais j'ai du le faire surtout pour des violons d'élèves, pas hyper bien réglés ... ). Si c'est bien fait, c'est fiable, ça tourne et bloque nickel. Alors, ma question : où est le besoin ...? ( vous aurez compris que pour moi, il n'y en a pas  ::) )

Il faut être honnête et appeler un chat un chat : ce besoin de "chevilles-guitares" est créé par le business du violon, les structures commerciales qui n'ont pas de compétence de luthiers et vendent des violons sans avoir fait les réglages indispensables aussi bien que nécessaire. Une compétence de luthier, cela ne s'improvise pas...

Et il ne faut pas oublier qu'on a au violon une deuxième possibilité de réglage simple et très fin au niveau du cordier, où la précision est incomparable. ( je ne sais pas si il y a le même système de réglage très fin sur une guitare , donc pas au niveau des chevilles mais bien d'un équivalent de cordier violon mais pour guitare. Question pour Olivier le "guitariste-violoniste" peut-être ? )

« Modifié: 04 août 2010 à 12:19:23 par olivier LESSEUR »
Lisez le livre de olivier Lesseur le violon autrement :LVA: pour comprendre la technique et harmoniser les gestes avec l'instrument.
+ de 2000 cours vidéos GRATUITS sur la chaine Youtube "Apprendre le Violon"
La méthode d'Olivier Lesseur en 8 volumes : http://www.methodelesseur.fr

Olivier

  • Invité
Re : Des chevilles de règlage fin
« Réponse #3 le: 04 août 2010 à 12:56:33 »
Oui Olivier, comme le dit Jean-Noël, ce type de réglage fin existe sur les vibratos modernes de type Floyd Rose.

Illustration ici sur une guitare du luthier Français Vigier, bien connu dans le monde de la guitare électrique :  
http://www.vigierguitars.net/gcatalog/gicata/ve6tre.jpg

Cela dit, avec des mécaniques de bonne qualité (à blocage, à bain d'huile et avec un maximum de crans), il n'y a aucun problème pour accorder précisément une guitare, et tenir l'accord.
La raison principale de la présence du réglage fin sur un vibrato est simple : les vibratos modernes permettent des variations de tension des cordes très importantes. Ca provoque un glissement de la corde au niveau du sillet et un relâchement autour de l'axe de la mécanique. Conséquence imparable lorsqu'on revient en position initiale : on est désaccordé  :(
Pour éviter ça, les possesseurs de vibratos mettent un bloque cordes à la place du sillet :
http://lvievard.free.fr/cordes/25.jpg

Les mécaniques deviennent donc inutilisables, d'ou la présence du réglage fin.

Olivier
« Modifié: 04 août 2010 à 15:46:16 par Olivier »

Hors ligne Christophe

Re : Des chevilles de règlage fin
« Réponse #4 le: 04 août 2010 à 22:31:28 »
Je note aussi que la plupart des gens qui se plaignent des chevilles sont ceux qui possèdent des violons où aucun montage par un luthier n’a été effectué et bien sûr les chevilles pas ajustées ou des instruments qui n’ont pas vu de luthier depuis très longtemps.

Ce qui n'est pas mon cas. Mes violons ne se désaccordent pas.
Mais intellectuellement, il me semble évident par exemple qu'une cheville quelle qu'elle soit ne vaut pas une mécanique de guitare à bain d'huile. Je parle là uniquement de conception (j'ai des vieux restes de mon Bac E, dessin industriel, calcul des jeux, des forces, des torseurs...).

Par ailleurs, le réglage avec les chevilles étant délicat, la solution évidente de confort pour tout le monde sont les cordiers avec tendeurs de réglage fins.

J'ai fait sur mon violon sculpté, ce qu'il ne faut pas faire. A savoir, monter des tendeurs fins sur le cordier d'origine. C'est un choix pragmatique et esthétique. Les réglages fins, pour ne pas m'embêter à me la jouer précis avec les chevilles, et le cordier d'origine parce qu'il est très beau (il est sculpté aussi). De la même manière, je ne remplacerais pas les chevilles sculptées....

Quant aux chevilles du sujet, je pose la question, bien que je ne vois pas comment cela peut rivaliser mécaniquement avec les vis sans fin des mécaniques de guitare.

Par contre, je suis scié par les contraintes des vibrato des guitares. Je n'avais jamais réfléchi sur le sujet. Ca me semble évident que si on relâche la tension sur les mécaniques, cela présente un risque de désaccord.

En tout cas, merci pour toutes ces précisions. Ce forum fait réfléchir  8)

Hors ligne jean-no

Re : Re : Des chevilles de règlage fin
« Réponse #5 le: 05 août 2010 à 12:16:23 »
Je note aussi que la plupart des gens qui se plaignent des chevilles sont ceux qui possèdent des violons où aucun montage par un luthier n’a été effectué et bien sûr les chevilles pas ajustées ou des instruments qui n’ont pas vu de luthier depuis très longtemps.

Ce qui n'est pas mon cas. Mes violons ne se désaccordent pas.
Mais intellectuellement, il me semble évident par exemple qu'une cheville quelle qu'elle soit ne vaut pas une mécanique de guitare à bain d'huile. Je parle là uniquement de conception (j'ai des vieux restes de mon Bac E, dessin industriel, calcul des jeux, des forces, des torseurs...).

Par ailleurs, le réglage avec les chevilles étant délicat, la solution évidente de confort pour tout le monde sont les cordiers avec tendeurs de réglage fins.

J'ai fait sur mon violon sculpté, ce qu'il ne faut pas faire. A savoir, monter des tendeurs fins sur le cordier d'origine. C'est un choix pragmatique et esthétique. Les réglages fins, pour ne pas m'embêter à me la jouer précis avec les chevilles, et le cordier d'origine parce qu'il est très beau (il est sculpté aussi). De la même manière, je ne remplacerais pas les chevilles sculptées....

Quant aux chevilles du sujet, je pose la question, bien que je ne vois pas comment cela peut rivaliser mécaniquement avec les vis sans fin des mécaniques de guitare.

Par contre, je suis scié par les contraintes des vibrato des guitares. Je n'avais jamais réfléchi sur le sujet. Ca me semble évident que si on relâche la tension sur les mécaniques, cela présente un risque de désaccord.

En tout cas, merci pour toutes ces précisions. Ce forum fait réfléchir  8)

Si, à première vue  il parrait évident qu’une cheville mécanique et toute sa technologie est supérieure à un vieux système de plus de 350 ans, dans la pratique il n’en n’est rien (pour ce cas). Il faut bien comprendre que dans les deux cas la limite de précision n’est pas dû aux systèmes mais à l’action de la main la plus fine possible c’est pour cela que la technologie n’est d’aucun secours dans ce cas précis.
Une cheville bien ajustée n’est pas simplement « «  un violon que ne se désaccorde pas » » Une cheville doit tenir mais doit aussi ne pas bloquer en l’actionnant elle doit « glisser » et sans accoups plus ou moins facilement selon que le luthier l’aura ajusté de manière douce ou ferme. Avec l’habitude ça marche très bien et c’est sans doute pour cela que les systèmes de chevilles mécaniques ne s’imposent pas sur le marché car elles n’apportent rien de plus sauf du surpoids….
Tout de même ça fonctionne bien avec quelques avantages déjà cités et tôt ou tard un système va révolutionner l’accordage du violon……


Hors ligne Olivier LESSEUR

  • Administrateur
  • Membre Fortissimo
  • *****
  • Messages: 10926
  • Total likes: 395
  • Apprendre c'est bien. Comprendre, c'est mieux.
    • Une méthode de violon en 8 volumes avec CDs audios, dvd-rom et DVDs de cours vidéos, pour apprendre et perfectionner le violon classique, irlandais, tzigane et jazz.
Re : Des chevilles de règlage fin
« Réponse #6 le: 05 août 2010 à 13:17:31 »
Oui, je pense aussi qu'une main habituée sera + précise qu'une mécanique.

Mais si un jour le test de cette cheville te tente, Christophe ...

Si j'ai bien compris que tu as mis 4 tendeurs sur un cordier classique, tu risques de te faire gronder par Jean-No !  ;D
Lisez le livre de olivier Lesseur le violon autrement :LVA: pour comprendre la technique et harmoniser les gestes avec l'instrument.
+ de 2000 cours vidéos GRATUITS sur la chaine Youtube "Apprendre le Violon"
La méthode d'Olivier Lesseur en 8 volumes : http://www.methodelesseur.fr

Hors ligne Christophe

Re : Des chevilles de règlage fin
« Réponse #7 le: 05 août 2010 à 22:33:28 »
Et voila, on est arrivé à la conclusion évidente. Ma main n'est pas assez précise, et il faut donc que je m'entraine..... 8)

Mon réflexe premier de fainéant était de chercher une solution technologique pour pallier mes défaillances physiques.

Par contre, ces chevilles ne m'inspirent pas autant confiance que des mécaniques. Je crois que j'aime bien "philosopher" pour ne rien dire.

Ma vision de la simplification du violon est beaucoup plus radicale que ce simple élément  ;D

Je ne sais pas si mes chevilles bougent par à coups. Il va falloir que je re-teste. Par contre, j'ai effectivement dit une bêtise sur le violon sculpté. Hormis le luthier chinois qui l'a fabriqué et qui me l'a envoyé, je ne l'ai pas amené ailleurs. Pas de contre-expertise ou de réglage de proximité. Donc, je verrais à Auckland, en janvier, ce que "mon" luthier me dira.

Mais puisqu'on parle de chevilles et de précision de la main. Pourquoi la plupart des bons n'ont aucun tendeurs sur les cordes de Sol, Ré et La et conservent tout de même un tendeur sur la corde de Mi ?

Cet exemple me laisse penser que :
 1 - le son est meilleur sans tendeurs.
 2 - Le réglage de la corde de Mi demande un geste trop précis sur la cheville. Ils font donc le compromis de garder le tendeur, même si ça leur arrache le coeur.

Suis-je dans le vrai ?
 

Hors ligne Olivier LESSEUR

  • Administrateur
  • Membre Fortissimo
  • *****
  • Messages: 10926
  • Total likes: 395
  • Apprendre c'est bien. Comprendre, c'est mieux.
    • Une méthode de violon en 8 volumes avec CDs audios, dvd-rom et DVDs de cours vidéos, pour apprendre et perfectionner le violon classique, irlandais, tzigane et jazz.
Re : Des chevilles de règlage fin
« Réponse #8 le: 05 août 2010 à 23:13:07 »
Oui, tu es dans le vrai. J'ai complété le pourquoi du cordier 1 vis sur ce nouveau sujet :

http://forum.violon.methodelesseur.fr/index.php/topic,467.msg3135.html#msg3135

J'ai essayé aussi de relier plus cette problématique à celle des chevilles que je ne l'avais fait dans un vieux sujet.
« Modifié: 16 novembre 2010 à 13:37:06 par Olivier LESSEUR »
Lisez le livre de olivier Lesseur le violon autrement :LVA: pour comprendre la technique et harmoniser les gestes avec l'instrument.
+ de 2000 cours vidéos GRATUITS sur la chaine Youtube "Apprendre le Violon"
La méthode d'Olivier Lesseur en 8 volumes : http://www.methodelesseur.fr