Auteur Sujet: Jouer d'oreille  (Lu 862 fois)

Hors ligne Multi

Jouer d'oreille
« le: 29 décembre 2019 à 20:26:21 »
Ce sujet est une bifurcation d’un sujet d’information.
Comme il s’est développé il était mieux de le séparer du sujet initial.
(Merci à Miaou-Olivier pour le transfert)

Donc ce sujet concerne le » jeu d’oreille ».
C’est un échange d’expériences entre différents membres du forum, qui pratiquent (de très peu à beaucoup) le jeu d’oreille (jeu sans partition, de mémoire, et le repiquage, trouve un morceau d'oreille).

Bien sûr, chacun est libre d'intervenir en faisant par de ses difficultés, de ses méthodes etc ...  :youpi:
Chacun y prendra ce qui l'intéresse.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>
Merci Passi du retour intéressant.

En effet jouer d'oreille quand on n'a pas l'habitude est difficile, et crée surtout de l'insécurité !
« Modifié: 08 janvier 2020 à 09:36:03 par Multi »

Hors ligne Passi67

Re : Jouer d'oreille
« Réponse #1 le: 30 décembre 2019 à 10:40:32 »
Si tu as des pistes pour mieux y arriver je suis preneuse. J'ai regardé pour des cours en violon trad mais les seuls cours sont à 50 km de chez moi. Y a t'il des choses en ligne ?
Au 15 mars 2018 : 1 an 1/2 de violon 🎻💖

Hors ligne Multi

Re : Jouer d'oreille
« Réponse #2 le: 30 décembre 2019 à 13:10:01 »
Le « trad » est un terme général.
As tu un « type de trad » privilégié ?
Irlandais
Breton
Cajun
France: Auvergne, Berry ..
Chants de marins …(?)

SI ce sont des videos en anglais, est ce que ça ira??? (Irlandais et Cajun vont être en anglais. olivier a déjà un bouquin qui donne de bonnes bases pour l’Irlandais)

Tu cherches des morceaux dansants, ou des « airs » (plutôt à chanter doucement)

As tu dejà un petit répertoire dans un type de trad ? tu l’as appris comment (CD, copains, partoche?)

Qu’est ce qui te plaît dans le trad (ou le type de trad) ? pourquoi as tu envie d’en jouer ? c’est important de préciser ça

Question technique: la technique (complexe) est  moins importante en trad, mais par ex en Irlandais il en faut quand même (un peu particulière) pour que « ça coule » le plus naturellement possible.
Est ce que tu te sens à jouer une jig ou un reel Irlandais (à vitesse dansante) ? ou ça te semble trop difficile pour l’instant ?

Après ta réponse, je peux regarder (je sais que j’en ai eu un pour le Breton je peux retrouver …, il me semble aussi en Cajun)



Pour les pistes sur le travail d’oreille: quelques réflexions à chaud

*Jeu de mémoire
- déjà savoir jouer de morceaux de mémoire (sans partoche). Pas des morceaux compliqués, mais de mémoire (même si tu les as appris sur partoche). C’est essentiel. En jouant tu n’es pas forcée de coller à l’expression que tu as apprise au début, elle évolue. Le morceau se modifie un peu au fur et à mesure que tu te l’approprie, il ne faut pas en avoir peur (contrairement au classique et à son respect du texte quasi-sacré qui date seulement du XIXe !)
- modifier un peu le morceau: ajouter ou enlever une note secondaire par ci par là. C’est moins essentiel, mais ça libère du texte, ça crée ta version un poil différente. Chaque violoneux (ou tradeux) a sa version un poil différent d’un morceau, ce n’est pas grave et me^me parfois assez conseillé. Mais les versions doivent être « compatibles », on doit pouvoir jouer à plusieurs instruments ensemble à quasiment l’unisson sans que ça choque.

*Lâcher prise
- jouer sur (par dessus) un ou des morceaux qu’on ne sait pas jouer. Ça sert à l’impro aussi, mais surtout à l’adaptation en temps réel et l’écoute. Prendre 2 ou 3 morceaux assez mélodiques sur CD, essayer, et en trouver 1 avec lequel on se sent mieux. Jouer dessus (le passer à vitesse plus lente si besoin). IL ne s’agit pas de trouver exactement la mélodie, juste de jouer dessus quelque chose qui va pas trop mal (au début). Sentir la tonalité, les phrases, la progressions harmonique (si possible).
Faire différentes voix (inconsciemment), imiter la basse, le chant, la batterie ! Bref, s’amuser à fond !! Lâcher prise !
Le faire souvent, et pas sur le même morceau, changer de morceaux souvent (tous les jours ?)
Bien sûr ne JAMAIS aller sur le net pour essayer de trouver une partoche !
Quand on est entraîné, on peut le faire sur la radio, ça change (en général !) très souvent …
- trouver d’oreille ses « phrasettes »
Faire un accord réduit au violon (genre Sol Si pour un accord de G), et chantonner (ou chanter si on veut bien sûr) un petite phrase sur l’accord, 5 notes suffisent, assez lentement, mais pas trop pour que ça coule, ça chante… Essayer sur plein de phrasettes sur un accord…
Puis passer à des cadences (G D G en tonal, Am G Am en modal par ex), et peut être plus tard des enchaînement de 3 ou 4 accords à voir. Quelques bases simples d’harmonie pop est utile (enchaînement simples d’accord, notes d’accord).
Oui c’est proche de l’impro assez basique !

* Le repiquage. Llà on arrive au travail de jeu d’oreille proprement dit.
- Passer un morceau assez simple qu’on a choisit de repiquer, plusieurs fois (10 à 50 fois !!), jusqu’à pouvoir le chantonner par dessus le morceau. Puis baisser le volume et continuer à chantonner. Baisser jusqu’à à peine entendre le morceau donc le savoir le chantonner par coeur. c’est le flow qui compte, pas quelques notes qui pourraient être un peu approximatives. Ne pas s’attacher au détail pour l’instant.
- Trouver avec l’instrument quelques bouts essentiels du morceau (sans les détails). En trad, les appuis et temps forts sont essentiels, ils constituent en général une structure mélodique assez simple. Ne pas se priver de chantonner en jouant ! Prendre du plaisir à « trouver des bouts » !
Le morceau commence à prendre forme, à sonner un peu. Cette phase est essentielle ) mon avis, c’est une « attaque par le haut » (du global au détail) qui est à l’opposé du travail avec partoche (du point au global). Comme c’est très différent ça paraît difficile ! mais à mon avis c’est juste une manière différente (un peu à l’envers, ou à l’endroit plutôt si l’on regarde l’histoire de la pratique musicale !!).
Noter que même sur une partoche on peu avoir cette approche en points clés, en survolant les mesures et en n’attrapant que les notes essentielles … mais c’est autre chose…
- maintenant qu’on a bien dégrossi, que ça ressemble déjà pas mal, et surtout qu’on est bien dans l’esprit du morceau, on va affiner.
Soit on un musicien sous la main, soit un disque vinyle (!), ou maintenant un mp3 … on va passer des extraits au boucle et trouver les petits bouts (en les chantonnant toujours) entre les points essentiels qu’on a déjà trouvé.
Si ce sont des petits choses un peu rapides on peu ralentir le MP3. (vitesse moitié, mais pas moins car on perd le fil et on se concentre trop sur le détail). Ralentir au début à 0,75 par ex, et dans les cas difficiles à 0,5.
- ne pas oublier de revenir souvent au global, souvent ça fait trouver aussi un détail qui va bien !
- mémoriser ce qu’on joue (et les variantes qui vont bien) …


On voit qu’on est assez loin de la « dictée musicale » du conservatoire, où le but est de noter (et de lire) et « sans faute, sinon gare à toi ! » !! pfff

Ces étapes ne viennent pas en un claquement de doigts, il faut de la pratique régulière et dans le plaisir !
Chaque petit bout trouver d’oreille est un plaisir ! … et on peu devenir accroc !!
Ne pas du tout s’énerver si on ne trouve pas, rigoler de cette petite difficulté, ré-essayer, laisser mûrir … y revenir.

Les mélodies trad ne sont en général par très complexes (il faut que les danseurs puissent les mémoriser !), anciennement souvent il y avait des paroles dessus. S’il y en a ne pas se priver des les chanter aussi, ça aide ! (le »scat » aussi ça aide… onomatopée inventées…)

Bref: une séance de travail du « jeu d’oreille » doit rester un plaisir !
Si on fatigue, faire une pause (surtout au début notre cerveau travaille à donf des choses nouvelles !!, il essaie, il faut l’encourager mais aussi le laisser se reposer !!). Des connexions se font.
Au début 10 minutes suffisent… plus tard une demi-heure (avec pauses) est possible si on est bien concentré… une heure me paraît exceptionnel et pour quelqu’un de très rôdé.
En fait plus on pratique, plus on va vite à trouver. C’est de l’association quasi-automatique qui se fait: écoute/jeu.
Comme un morceau trad est souvent d’ne gros 32 mesures (avec des répétitions internes), normalement avec entraînement, 5 minutes suffisent (mais il faut consolider ensuite plus tard).

On voit qu’on entraîne  plusieurs types de mémoire: mémoire à court terme (on dit souvent « 7 éléments » ici « 7 notes max »), mémoire de transition (à rafraichir souvent), mémoire profonde  (quasi indélébile). Les termes peuvent varier suivant les auteurs, le principe est le même.
Ces mémoires sont toutes des combinaisons: auditive (aurale), orale, tactile, gestuelle, et aussi affective, émotionnelle … (d’où l’importance du plaisir ! qui a envie de se rappeller de quelque chose qui fait mal ???… à part les SM … qui y éprouvent du plaisir !)


C’était bien plus long que prévu … mais bon quand est lancé !!

Je précise qu’on voit très peu de choses écrites là dessus (un peu en Jazz pour le repiquage). Donc c’est principalement ma manière perso de faire.
En ce moment je me force plutôt à travailler sur partoche ! … mais en fait je ne peux jouer correctement (en ressentant la musique) que de mémoire …! A chacun ses tares !


Dis moi ce que tu penses de ce point de vue (et d’autres aussi !).

Dis moi tes goûts en trad (questions du début)

Bon courage. :clindoeil2:

Hors ligne Passi67

Re : Jouer d'oreille
« Réponse #3 le: 31 décembre 2019 à 15:27:09 »
Bonjour Multi et bonjour le forum,

Je vais essayer de répondre :
Quel type de trad.. .je suis ouverte à tout. J'aime beaucoup les mélodies irlandaises que je trouve très belles, très enjouées. Mais elles sont tellement rapides...je suis loin d'être capable de les jouer à vitesse réelle et encore moins avec les ornementations.
Je suis ouverte à la découverte d'autres régions, mélodies.

Ce qui m'a séduite quand j'ai fait le stage à Luzy...les musiciens qui arrivent à jouer sans partition, des morceaux entraînant, joyeux, qui avaient l'air d'y prendre beaucoup de plaisir et de s'amuser beaucoup.
Souvent au marché de Noël, je vais voir des québécois qui jouent et chantent, j'aime bien aussi.

Non, je n'ai pas de répertoire. ..j'ai essayé quelques morceaux du bouquin d'Olivier sur les irlandais, mais moins vite et sans les ornementations...je n'arrive pas à les jouer par coeur sauf peut être un seul, et encore suis obligée de me dire le nom de la note dans la tête avant de la jouer. Et quelques semaines plus tard, suis obligée de relire la partition avant de jouer.

J'ai aussi cherché quelques morceaux bretons sur le net.
L'an dernier, j'avais travaillé quelques morceaux médiévaux mais bien sûr avec partition.

Pour le jeu sans partition :
- de mémoire je n'y arrive que sur très peu de morceaux. Mais sans enlever ou rajouter de notes...sinon je suis perdue.

- ce que tu appelles le lacher prise : je suis incapable de faire ça. Trouver des phrasettes...j'en suis loin. Quand tu parles des cadences tonal, modal.. .suis larguée, je ne comprends même pas.
- le repiquage.. .là aussi, incapable. Avec ma prof, une fois nous avons fait un cours où on était dos à dos, elle jouait quelques notes avec un rythme et je devais reproduire sans partition...un exercice très difficile pour moi, mais j'avais bien aimé. Une autre fois, nous avons tenté de mettre un cd et de jouer dessus...pour moi c'était un flop, trop difficile, pas l'impression que ça donnait quelque chose à part du grand n'importe quoi.

Je suis admirative devant les gens qui arrivent à jouer comme ça sans partition et des morceaux si entrainants, joyeux, dansants. Moi je suis coincée, crispée derrière ma partition.
Et j'aimerai bien m'en libérer.

Je ne pense pas y arriver sans être accompagnée/coachée.
Quant à mettre un mp3 au ralenti...ben je sais pas faire non plus....nulle en technologie.  grin-grin
Et en anglais...ben pas mieux.  :oops:


Au 15 mars 2018 : 1 an 1/2 de violon 🎻💖

Hors ligne Multi

Re : Jouer d'oreille
« Réponse #4 le: 31 décembre 2019 à 16:58:16 »
Bon, je vois qu’il y a du boulot, mais rien n’est impossible avec un peu de temps, de la motivation et quelques directions.

- En trad anciennement on apprenait uniquement en « imitation lente ». L’accès aux partoches est maintenant un aide-mémoire utile, et permet de diversifier et d’aller plus vite parfois. Donc je ne suis pas « sectaire », comme certains « tradeux » peuvent l’être…
Mais autant en classique on peut uniquement lire, en trad il faut le jeu d’oreille d’abord et lire un peu parfois pour faciliter certains aspect. (moi je fais les deux).

- tu es très-très bien conditionnée par la la partoche, trop apparemment, tu n’arrive pas à t’en défaire, or ce n’est qu’un outil.
Même en classique, les bonnes interprétations sont faites de mémoire !
La mémoire permet d’être obligé de pré-écouter ce qu’on va jouer (et il y a aussi la mémoire gestuelle). La pré-écoute est aussi très utile pour la justesse !
Un bon lecteur pré-écoute ce qu’il lit, mais hélas ont peut s’en passer et « jouer seulement la note », c’est un gros problème lit à l’apprentissage de la lecture, je dirais « mal fondée ».

- dire la note quand tu joues de mémoire  est possible mais pas utile, mais ça ne doit pas être une béquille qui consisterai à se rappeler de « paroles », sans avoir l’air dans la tête.

- si tu veux progresser il va falloir que tu apprennes à te libérer dans les « chantonnements ». Je ne pense pas qu’il y ait d’autre méthode pratique.
Si la voix est « travaillée » (plus belle) elle deviendra du chant, mais ce n’est pas nécessaire.

Es tu capable de chantonner un air très simple, à peu près juste, de mémoire:
- au clair de la lune ou similaire  (souvent c’est ancré très tôt en maternelle)
- une chanson pop de ton enfance
- une chanson simple moderne que tu aimes bien
Déjà ça serait une base. Répons moi sur ce point c’est capital.

- se décoincer de la partoche, c’est « couper la vue » et développer les autres sens: oreille bien sûr, mais aussi, toucher, gestes, bouger, danser, sentir parfois des gouts et odeurs associés… Tout sur une musique simple, en chantonnant sans complexe aucun.
L’oeil est un « dictateur », il est très rapide et ne laisse pas la parole aux autres, qui peuvent être plus fins que lui suivant les besoins ! et notre « dictateur » est bien à l’aise dans notre société de l’image et de la communication informatique !!
Se libérer de l’oeil dictateur (ou l’utiliser uniquement pour ses qualités, je fais de la photo aussi !) est un travail qui peut être difficile.
Il faut accepter de perdre pied et ses repères, accepter de devenir un peu aveugle …


- pour les autres points ça sera plus facile
— l’irlandais, la base c’est sans ornementation, mais avec une rythmique de danse, pas très rapide. Les morceaux sont appris lentement (mais par coeur, phrase par phrase, puis l’enchaînement de chaque phrase, en trad il n’y a pas beaucoup de phrases différentes !). Quand il est bien su, il s’accélère naturellement (ce n’est pas un but).
Il faut y revenir tous les jours pour l’ancrer, ne pas se décourager, RIRE de nos trous de mémoire !! (il n’aiment pas ça LOL !!! par contre ils raffolent de l’énervement et de la culpabilisation !! LOL). Le moteur est le plaisir !

— mp3 au ralenti: là c’est de la technique. Un excellent logiciel, très utile au repiquage (même complexe) est « Transcribe! » (Mac/PC/Linux), mais un peu payant. Il vaut le coup pour travailler sérieusement le repiquage. Il y a des gratuits, mais beaucoup moins pratiques. Le repiquage au ralenti demande de la concentration, il faut que le logiciel soit « transparent ». Transcribe est le meilleur dans sa catégorie. 39€ pour sa qualité et développer son oreille et faciliter son repiquage, franchement c’est le prix d’un cadeau-babiole-farfouille !
https://www.seventhstring.com/xscribe/screenshots.html
Les fonctions de base sont simples. Ensuite on peut aller plus loin avec… La qualité de son ralentie est la meilleure qui existe informatiquement depuis plusieurs années.
Un outil excellent pour le repiquage, et je ne suis pas le seul à le dire.

— pour les cadences (tonale, modale) ce n’est que du jargon: des suites de deux accords d’entraînement.
Sais tu ce qu’est un accord ? l’accord de tonique ? (celui de la tonalité)
As tu un moyen d’enregistrer 2 ou 3 accords sur une guitare ou un piano ??? (toi ou ton environnement)
Il ya des applis pour générer ses cadences, mais je ne conseille pas au début, c’est trop « artificiel », il vaut mieux de l’humain au début.
L’oreille « mélodique » et l’oreille « harmonique » se complètent, et en fait ne font qu’un …
Une mélodie trad est sous-tendue par une harmonie (en occident), elle participe à la structure (base de la danse aussi), même si un « tradeux » n’en a pas toujours conscience, il l’a intégré …

— il y a des logiciels de « Eartraining », comme Earmaster (qui est très bien), mais c’est pour se perfectionner, pas pour débuter (c’est plus physique que ça !).
De plus il oblige à tout décomposer (en dictée de différents types etc … il suit une méthode assez « classique »), alors qu’au début il faut faire appel à une synthèse de toutes les types de sensations qui se complètent !!!!

Encore une chose: ne pas cherche à aller vite, au sens « hier je le savais, aujourd’hui je ne le sais plus »… la mémoire profonde n’est pas accessible en 1 journée ! surtout au début !
Moi aussi je mets du temps à mémoriser un air (même Irlandais et pourtant maintenant j’en connais pas mal ..). En 1 semaine tus les jours souvent il n’est pas acquis, il faut y revenir encore …
Moi mon défaut en jeu d’oreille: j’ai tendance à les mélanger ! (irlandais ou pas)… je commence sur un et je dérive sur un autre !!! (souvent avec la même structure harmonique, mêmes accords sous-tendus) ARGGGHHH !! LOL !
Il faut en rire, rire de ses faiblesses ! et se réjouir de ses qualités !!!

Moi j’aime beaucoup le travail personnel, c’est un plaisir (je radote hein !!)

Mais si tu es perdue, essaie de trouver un prof patient qui essaie de t’aider au jeu d’oreille. Ce n’est pas facile à enseigner, car il y a un côté très personnel. Je pense tout ce qui passe par la voix est assez voisin de la thérapie ... (ouverture aux sensations, débloquages, plaisir profond, repères sensitifs, gestion de la respiration ...)

Bon courage  :clindoeil2:
Tiens moi au courant.

PS: ce que j'ai encours sur le net, est en anglais ou d'oreille (il montre).
PS2: j'y pense un petit clavier à pas cher (ou cher si tu veux !) est bien pour s'aider à chantonner ! et s'est un peu visuel, mais pas partoche ! une transition possible...

Hors ligne Passi67

Re : Jouer d'oreille
« Réponse #5 le: 31 décembre 2019 à 18:17:14 »
Merci pour cette longue réponse, oui chantonner un air pas de problème. Le problème c'est reproduire et transcrire cet air au violon ou un autre instrument.

Pour les accords je connais le principe ...3 ou 4 notes pour les accords de 7eme..: la dominante, la tierce, la quinte. Et je connais aussi la différence accord majeur et mineur. Par contre incapable de dire de tête dans tel accord, il y a telles notes.

Tu as bien trouvé le mot...penser la note avant de la jouer c'est bien une béquille, c'est bien comme avoir appris par coeur la suite des notes au lieu de paroles..ça m'handicape vraiment.

Enregistrer quelques accords de guitare ça peut se faire.


Ton défaut de jeu d'oreille comme tu dis, ne me semble pas bien méchant. ..le public ne se rend compte de rien, il doit penser que c'est juste une belle transition vers le morceau suivant.

Au 15 mars 2018 : 1 an 1/2 de violon 🎻💖

Hors ligne Orliac

Re : Jouer d'oreille
« Réponse #6 le: 01 janvier 2020 à 08:22:11 »
Très bonne année à tous et merci  pour les compliments qui me touchent beaucoup.  J'ai découvert ici une bande de passionnés, d'enragés du violon avec qui je partage tant! Naturellement, je n'interviens pas très souvent, mais je lis tous les posts avec beaucoup de plaisir, car derrière chaque post, je perçois une silhouette, une manière de jouer, un bon moment de musique.
  Merci à Olivier et Annie de nous donner cet espace si convivial où ceux qui s'y sentent bien n'ont aucune prétention et ne cherchent qu'à partager un plaisir, une passion, du bonheur. Merci aussi à eux qui ont su me remonter le moral quand le ciel m'est tombé sur la tête.  De mon côté je poursuivrai ma quête pour faire des violons toujours plus satisfaisants.
le site internet de mes violons : http://gilbertbordes-luthier.fr
:violon3sm:

Hors ligne Multi

Re : Jouer d'oreille
« Réponse #7 le: 01 janvier 2020 à 12:48:39 »
Super: tu chantonnes ! donc tu as l’essentiel (je craignais que tu me dises que tu ne chantonnais pas … !)

Donc tu as une mémoire musicale (peut être pas hyper développée, peut être endormie).
Et tu peux faire un relais à ta voix, donc extérioriser ce que tu as dans la mémoire !
Le chant est l’essentiel , toujours, en musique !
(même moi je trouve que je ne le pratique pas assez… avec ma voix sourde pas travaillée …)

Quand tu chantonnes, tu rappelles  des sons (pas des notes écrites) et tu les pré-entend (même si tu ne t’en rend pas compte) avant de les chantonner. C’est gestuel, musculaire, associatif. Au fur et à mesure tu va développer ta pré-écoute (et tu l’as parce que tu chantonnes !), l’isoler, la renforcer, la booster, l’assouplir, et même la rendre créative !
Comme tout ça marche par associations (c’est comme ça que je le ressens), il faut en développer d’autres que celles oeil, nom de note, doigt (qui n’est pas inutile bien sûr, mais l’oeil bouffe le reste qui ne peut pas s’exprimer !)

Il va falloir apprendre à coordonner ce que tu as dans la tête qui doit sortir de 2 façons : par le chantonnement ET par les doigts sur un instrument (petit clavier, violon).
Le mécanisme est le même (par associations).
Cependant la voix chantonnée est plus immédiate, instinctive, et tu ne peux pas visualiser (!!)
Au violon tu as une dure habitude de visualiser, je pense aussi les notes. Il va falloir que ça passe direct, sur des notes simples en P1, de ta pré-écoute aux doigts (une courroie directe disent certains improvisateur de Jazz).

La pré-écoute est très importante mais elle est cachée, discrète et intérieure, et personne ne peut la vérifier à ta place. Elle n’est pas très « forte » (on l’entend à peine), il faut faire silence en soi pour arriver à l’écouter, la laisser venir, s’exprimer.
Parfois elle est forte quand on ne le souhaite pas (quand on a un air dans la tête en se couchant, et qui ne nous laisse pas tranquille ! !!)
Et souvent elle n’est pas forte quand on le voudrait. Elle n’en fait qu’à tête, la sauvageonne !
Il va falloir l’apprivoiser, progressivement, tout doucement, pour la renforcer… et ça ce n’est facile pour personne.
Ça demande du lâcher prise (relaxation intérieure) sinon sa petite voix est masquée par du bruit.

La pré-écoute reviens quand on est habitué à « chanter dans sa tête », mais très souvent et c’est souhaitable avec les cordes vocales et la gorge qui bouge comme si on chantonnait. On entend dans sa tête comme quand on chantonne, à part que le son ne sort pas, il reste dans la tête, prêt à être révélé (mis à l’air, mis au jour, réalisé, matérialisé) sur l’instrument… Cette pré-écoute contient la hauteur du son mais aussi toutes c’est autres qualités (timbre, attaque, volume, nuances etc …). Plus tard, elle contient des phrases … condensées en une fraction de seconde alors qu’elles durent plusieurs secondes… c’est fantastique ce que notre pré-écoute peut faire ! !


Donc il faut y aller par étapes.
Je pense que la 1e est de chantonner en jouant des choses très-très simples.
Tu te mets en tonalité de Sol majeur (la plus simple) et tu joues seulement sur les cordes de Ré et de La (tu peux déborder un peu, ce n’est pas strict !! c’est un jeu rigolo !). Tu vas donc jouer principalement dans l’octave ré-ré.
Tu prend n’importe qu’elle air très simple (au clair de la lune etc ..) et tu en joues un bout en chantonnant.
Tu ne penses pas au nom de la note NON ! LOL !
Tu associes ton chant (et donc ce que tu pré-entends) au doigt et au son qui sort de ton violon.
C’est une boucle de son !
L’air n’a aucune importance ici, c’est juste un jeu d’association auditive/gestuelle.
Si ton oeil fait la tête et veut participer (le traître !!), tu regardes en même temps une photo, un paysage, ou ce que tu veux pour l’occuper ! en essayant que ton paysage deviennent musique, que tu joues une musique pour ce paysage … bon là c’est un peu barré ! mais c’est pour occuper l’aire visuelle, la tromper, lui faire croire que tu as besoin de l’oeil .. ! ! (c’est imagé bien sûr, tu l’as compris, mais ton cerveau est conditionné à la lecture, donc il faut ruser !)
Ne penses pas « si do ré », chantonnes des sons, et écoute des sons (prend une petite chanson avec des paroles, pour éviter de dire les notes).
Vas y très lentement, ton cerveau n’est pas habitué à ces associations. Chante plus fort en appuyant le doigt et en jouant fort ! note par note. Et en prenant du plaisir, en rigolant ! c’est un jeu, comme quand tu étais gamine ! les connexions se font beaucoup mieux dans le jeu plaisant !!!!
Ensuite des groupes de 2 notes, puis de 3 si tu le sens…

Au début tu auras tendance à jouer une note, et la chanter par dessus légèrement après. Ce n’est pas grave, au début, on travaille l’association. Mais ensuite il faudrait que la pré-écoute-chant devance un peu le son joué. tu en auras besoins pour du repiquage.
Ensuite encore tu auras la pré-écoute d’abord, et un poil après chant-jeu. Ce n’est pas des secondes qui s’écoulent   mais des fractions de seconde. Le principal c’est qu’est ce qui commande, qui guide, qui impulse: c’est la pré-écoute. Mais on a besoin de l’entraîner et ce n’est pas facile (sauf pour les gens pour qui c’est naturel, ce qui n’est pas du tout mon cas … j’ai encore bien du travail à faire pour l’améliorer, mais c’est tellement agréable quand on progresse !)

Tu peux ensuite te libérer je pense de l’air et faire des notes d’instinct (en Sol et entre Ré-Ré toujours). Varie les rythmes, amuses toi ! Un peu au hasard au début, mais tu va sentir que ça se construit un peu naturellement (dans une gamme il y a des degrés forts, ici Sol Do Ré. Chatouilles les demi-tons Si-do et Fa#-Sol ! Essaies la gamme seulement de 5 tons: Sol La Si Ré Mi que les Irlandais adorent ! dans tous les sens …)
Tu devrais te rendre compte qu’il y a pleins de petits bouts d’airs qui ressortent, que tu reconnais un peu…
(Qu’est qu’une suite mélodique: du hasard organisé… LOL !)


Là tu tiens le bon bout !
Il faut persévérer, recommencer plusieurs jour de suite. Les connexions demandent à être ré-activées très souvent surtout au début. Fais plutôt plein de petites séances par jour, que une grosse.
Ta gamme de Sol sera une référence, un socle, une fondation (comme celle de Do sur un clavier)

Sens le plaisir de jouer sans voir, juste l’oreille et le geste, en symbiose avec ton violon qui ne demande que ça !



Pour les accords:
- pour la guitare, c’est toi qui les jouerai ??? (ça serai tune grande aide)
- Au début: Accord de SOL majeur (G) qui est accord de tonique en Sol majeur facile !
pour ne pas se mélanger les pinceaux on note l’accord G (en notation internationale), et les notes comme d’habitude donc:
G = Sol Si Ré (les arpéger au violon, c’est beau hein ! LOL)
Accord de Ré Majeur (D), c’est l’accord de dominante. très utile, il ramène à l’accord de tonique. Souvent on lui ajoute sa 7e (Do) pour renforcer cet effet.
D = Ré Fa# La    et   D7 = Ré Fa# La Do
En ajoutant les notes de ces 2 accords on a 5 notes. Le Ré sert aux 2. (Sol La Si Ré Fa#)
Enchainer les accords D G (ou D7 G) c’est faire une cadence (tonale).
Un petite boucle simple et bien pratique est d’enchainer G D G (ou G D7 G)
A la guitare il faudrait enregistrer: 2 mesures de G, 2 mesures de D, et boucler sans fin pendant 1 minute ou ou plus.
Il faut que la guitare insiste bien sur les basses fondamentales (basses Sol pour G et Ré pour D).

Sur cet enregistrement, tu essaiera le petit jeu précédent, en écoutant ta tête, la guitare, et ton violon…
Oui c’est un bain de son, une immersion !!!  :super-content:



@Miaou
Comme le sujet se développe hors sujet, il serait bien de déplacer les messages à partir du mien de:
Multi: Réponse #11 le: 29 décembre 2019 à 20:26:21 »
dans un nouveau sujet intitulé « Jouer d’oreille »
Ça permettrait de ne pas polluer les sujet de départ de Djuj (désolé), et de permettre à Passi et à d’autres de participer plus librement. Je pense que c’est un sujet qui peut intéresser plusieurs personnes (maintenant ou plus tard).
Je referai une intro.
Merci. :clindoeil2:

Hors ligne miaou

Re : Jouer d'oreille
« Réponse #8 le: 01 janvier 2020 à 17:47:28 »
Je n'ai jamais déplacé de sujet, Olivier me montrera comment faire dès qu'il rentrera du ping (tard ce soir : eh oui, pas de trêve de noël pour les fous de ping 🏓)

Il va falloir que ça passe direct, sur des notes simples en P1, de ta pré-écoute aux doigts (une courroie directe disent certains improvisateur de Jazz).

Multi, Génial ! je te baise les pieds !!! (j'espère qu'ils sont propres au moins  :humour:)
Trêve de plaisanterie : voilà que tu m'apportes un grand soulagement :
J'ai récemment renoncé à faire l'exercice de maso qui consiste à "dire" le nom des notes en jouant, ce qui m'empêche de jouer, tant cet exercice est difficile pour moi qui fonctionne à l'inverse de Christelle (passi).
Je croyais avoir une grave tare et je m'étais mise en devoir de l'éradiquer depuis 1 an 1/2, mais vu l'énergie que ça me demande, j'ai fini par me dire, pour me rassurer que "dire" le nom des notes ne sert à rien.
Et voilà que tu parles de "courroie directe", image extrêmement pertinente de ce que je vis : je n'aurais pas mieux dit !
Merci de me renvoyer dans la normalité, je me croyais atteinte de quelque infirmité  :cheesy:
J'ai certes fait de très gros progrès en lecture directe grâce à Olivier car on déchiffre tous les jours, mais de nom de notes je ne vois toujours pas poindre le bout de nez, je ne connais que la courroie directe soit depuis l'oeil, soit depuis l'oreille.

L'être humain n'est décidément jamais content de ce qu'il possède. :merci:


« Modifié: 01 janvier 2020 à 17:50:30 par miaou »

Hors ligne critou

Re : Jouer d'oreille
« Réponse #9 le: 01 janvier 2020 à 18:01:29 »
Argh, cet "exercice de maso", j'avoue que je n'ai jamais retenté depuis que tu me l'as fait essayer en stage… ni dire ni même penser au nom des notes… c'est que l'acharnement et la discipline, je ne connais pas (plutôt pas assez, mais alors ce jeu-là, il est hors des limites de l'envisageable :nono:)
Je ne sais pas si ça sert à quelque chose : peut-être bien qu'à d'autres oui.
Pour ma part la "courroie directe" fonctionne naturellement depuis l'oreille, et j'ai bon espoir qu'elle fonctionne à l'oeil après un peu d'habitude de partitions : à ce moment-là ça sera déjà pas mal, je ne demande pas la lune.
Telle est ma quête, suivre l’étoile, peu m’importent mes chances, peu m’importe le temps… (Brel)

Hors ligne miaou

Re : Jouer d'oreille
« Réponse #10 le: 01 janvier 2020 à 18:10:19 »
l'acharnement et la discipline, je ne connais pas

Tu as raison, moi je connais, ce doit être mon côté maso  :clindoeil2:......mais j'ai fini par renoncer.

Hors ligne Multi

Re : Jouer d'oreille
« Réponse #11 le: 01 janvier 2020 à 18:58:02 »
Qu’on ne se méprenne pas, je n’ia pas dit que dire le nom des notes était inutile !

Là pour Passi on est dans une démarche de se décoincer du visuel, donc courroie directe.

Je ne sais pas quel est votre exercice de maso de dire les notes. (?)
Si je le souhaite, je pense que je peux dire les notes en jouant (je le fais de temps en temps, et je le "pense" aussi, ou plutôt jeu sais que je joue en Do# par ex ... et sa place dans l'harmonie du moment ...), mais lentement car sur une Jig ou Reel irlandaise je n’aurais pas trop le temps de prononcer.
Si c’est pour mieux connaître son manche, faire une courroie lecture (ou dictée) vers doigts, oui c'est intéressant.
Mais pour trouver des mélodies trad d’oreille, je n’en voit pas l’utilité, puisque rien n’est noté … ce n’est que oreille et mémoire … (la tradition aurale/orale)

Ça dépend des courroies qu’on veut développer.
Et il est très bon d’avoir plusieurs courroies… à son moteur musical … :violon-diable:

Ici on insiste sur la courroie pré-écoute/doigts car c’est souvent très négligé dans l’enseignement musical actuel, et on peut en avoir un grand besoin.
Mais je ne dis pas qu’il n'y a que ça à travailler (contrairement à certains  "tradeux aux oeillères plus larges que celles de leurs chevaux"  :shocked:… qui sont eux bien incapables souvent de lire une partition normale ! Je jeu d'oreille les valorise, mais ils ne savent faire que ça ...).
Moi je sais que je n'ai pas une lecture très fluide en déchiffrage (surtout rythmiquement), alors je le travaille car je sais aussi que j'ai besoin de la lecture à certains moments ... mais que ça peut être un parasite à d'autres moments. :tongue: :tongue:



« Modifié: 01 janvier 2020 à 19:01:38 par Multi »

Hors ligne miaou

Re : Jouer d'oreille
« Réponse #12 le: 01 janvier 2020 à 20:11:00 »
Oui, j'ai bien saisi ce que tu voulais dire.
Je ne dis pas que le nom des notes est inutile, loin de là, et je pense bien au contraire que c'est indispensable.
Moi j'ai développé (à mon insu) un passage direct "dessin de note- doigts sur le violon", ou "son de note-doigts sur le violon" qui me fait fonctionner sans prononcer ni penser le nom des notes.
Et comme je suis très prompte à penser que j'ai tort, et que les autres ont raison, j'ai essayé longuement de me mettre dans la tête une méthode que mon cerveau ne connait pas : "dire" le nom des notes EN JOUANT. Ça me demande un très très gros effort intellectuel  :cheesy:. (je sais dire le nom des notes en lecture solfégique sans instrument).

Bref, j'ai voulu fonctionner comme Christelle qui veut fonctionner comme moi. On pourrait peut-être se marier ensemble, nous formerions peut-être un tout parfait :rigol:  :jesors:



Hors ligne Multi

Re : Jouer d'oreille
« Réponse #13 le: 01 janvier 2020 à 21:53:37 »
Oui chacun a des capacités différentes de son voisin.
Et chacun doit les développer, c’est même une sorte de « devoir humain » de ne pas laisser à l’abandon une capacité personnelle.
Mais il doit aussi en développer d’autres voisines, au moins un peu, même si ce ne sont pas ses favorites au départ.

Passi a développé une capacité de départ, c’est bien.
Mais son goût musical va aussi vers des horizons où cette capacité lui sera inutile voire freinante.
Il lui faut donc développer une autre capacité, qu’elle a, mais endormie.

Si je voulais vraiment jouer du classique (j'aime en jouer un peu, mais ce n'est pas mon but), je m'entraînerai bien plus au déchiffrage et lecture et même écriture (composition, si si ... :cheesy:)

Quand un chef d'orchestre à une douzaine de portées sous les yeux, est ce qu'il dit le nom des notes ??? lesqelles ??
Je crois que ça lui "parle" suffisamment clairement, pour qu'il pré-entende le son de l'orchestre qu'il souhaite,
 et qu'il se débrouille avec les pauvres musiciens qu'on lui donné pour avoir un résultat sonore qui corresponde à peu près... ... :cheesy:

Hors ligne Passi67

Re : Jouer d'oreille
« Réponse #14 le: 02 janvier 2020 à 17:32:17 »
Annie, on devrait peut-être interconnecter nos cerveaux ? ...quoi ça n'existe pas encore comme technologie ??? Messieurs et mesdames les inventeurs et inventrices, allez au boulot !  :rigol:

Multi...1ere victoire, en rentrant du boulot j'ai tenté de jouer "il était un petit navire", bien sûr, je n'ai pas trouvé la phrase tout de suite, plutôt à force de tatonnement, mais pour la première fois, j'ai chantonné  pour trouver les sons...je dis bien les sons et pas les notes, dans ma tête c'était les paroles de la chanson.
Y a encore de gros progrès, car après avoir trouvé. .je réessaye de nouveau et flop, il faut de nouveau tatonner pour trouver.

J'ai aussi contacté un prof qui enseigne en traditionnel, mais snif il habite trop loin, et n'est pas dispo le samedi, mais uniquement le vendredi...et le vendredi, ben je bosse.
Je vais continuer mes recherches, si j'en trouve un sur Strasbourg, dispo le samedi, je veux bien faire le déplacement 2 fois par mois.

Au 15 mars 2018 : 1 an 1/2 de violon 🎻💖