Auteur Sujet: Je ne stresse pas encore mais ça va venir…  (Lu 435 fois)

Hors ligne critou

Re : Je ne stresse pas encore mais ça va venir…
« Réponse #45 le: 10 juin 2019 à 11:51:16 »
Moi j'y suis allée pour m'améliorer… Et aussi voir ce que ça pouvait faire d'entendre des instruments en vrai, par rapport à un CD ; et de se trouver en plein milieu de l'ensemble.
Perso je laisse tomber les passages qui ne passent pas, ça passe totalement inaperçu (si c'était juste un ensemble à cordes ça serait différent c'est sûr).

miaou, si tu veux une autre faute : "parce que" ne prend pas de tiret :tongue: (oups, je vais me faire taper aussi, aux abris  mur !)
Telle est ma quête, suivre l’étoile, peu m’importent mes chances, peu m’importe le temps… (Brel)

Hors ligne Françoise

Re : Je ne stresse pas encore mais ça va venir…
« Réponse #46 le: 10 juin 2019 à 20:17:07 »
j'ai cru que tu avais oublié le "S" !!!!!  :clindoeil2:
Oui, tu peux me taper quand j'arriverai chez toi  :rigol:

Oh non, ne me rajoute pas de fautes, je trouve que j'en laisse passer bien assez comme ça!

Je trouve qu'on est jamais vraiment prêt. C'est peut-être ça qui permet de se dépasser.

Et c'est souvent dans les passages sans aucune difficulté, ceux qu'on n'a pas vraiment travaillés et qui ne posent jamais de souci aux répétitions qu'on se vautre en beauté!


Hors ligne Multi

Re : Re : Je ne stresse pas encore mais ça va venir…
« Réponse #47 le: 10 juin 2019 à 20:47:41 »
Oh non, ne me rajoute pas de fautes, je trouve que j'en laisse passer bien assez comme ça!

Au passage: on parle de "fautes d'orthographe", mais "d'erreurs de calcul" !!
comme si dans l'orthographe il y avait un jugement de valeur ou de morale !!! comme si on l'avait fait exprès !!  :ouuh:
"c'est ma faute, ma très grande faute" qu'on me faisait dire quand j'étais môme ... :cartonrouge:

Les jeunes instits ont tendance a dire "erreur d'orthographe" je crois, il est temps !!!!  :toutok:
« Modifié: 10 juin 2019 à 20:51:10 par Multi »

En ligne miaou

Re : Re : Je ne stresse pas encore mais ça va venir…
« Réponse #48 le: 10 juin 2019 à 20:50:20 »
miaou, si tu veux une autre faute : "parce que" ne prend pas de tiret :tongue:
,

Ah bon ???!!!, eh bien, j'en mets un depuis la nuit des temps !  :rigol:
J'espère que j'y penserai la prochaine fois  :angeldevil:

Merci Multi, je n'avais jamais remarqué cela.

"c'est ma faute, ma très grande faute" qu'on me faisait dire quand j'étais môme ... :cartonrouge:

Eh bien, ceux qui te faisaient dire ça avaient au moins un doctorat en humiliation !!!!.....des religieux peut-être ?  :cartonrouge: :cartonrouge: :cartonrouge: (ils en ont mérité au moins trois)
« Modifié: 10 juin 2019 à 21:02:30 par miaou »

Hors ligne Françoise

Re : Je ne stresse pas encore mais ça va venir…
« Réponse #49 le: 10 juin 2019 à 23:06:55 »
Ben dis donc Multi, ils étaient tip top tes profs!...

J'ai toujours entendu qu'il ne fallait jamais, au grand jamais dire "faute" car cela traumatisait les enfants.

Personnellement, je ne pense vraiment pas que la manière d'appeler "fautes" ou "erreurs" le fait de se tromper (que ce soit en orthographe ou en calcul) ait une quelconque importance pour les élèves. 
C'est plutôt la manière de leur renvoyer leurs "fautes/erreurs" et de s'en servir pour les faire progresser (ou les casser) qui est importante, quel que soit le terme employé.

Pour moi je dirais que c'est une faute si on n'a pas ou mal respecté une règle d'orthographe ou de calcul que l'on est sensé connaître et appliquer.
Et que c'est une erreur si c'est une règle qu'on ne connait pas ou un mot que l'on n'a jamais rencontré. Je vois donc des fautes et des erreurs en orthographe et en calcul!

L'analyse de la "faute/erreur" , le retour qu'on en fait à l'élève et la mise en place d'une stratégie adaptée pour l'éviter est pour moi plus importante que le terme employé.

Revenons au violon, il y a un parallèle évident.
"Tu joues faux" , ça on ne peut pas dire, c'est cassant, mais "ce n'est pas très juste", on peut.
Toutes les profs que j'ai eues m'ont dit les deux, mais au final, ni l'un ni l'autre ne permet de s'améliorer!

Par contre, selon la prof et la manière de le dire, je me suis sentie nulle avec le sentiment que je n'y arriverai jamais, ou au contraire je me suis sentie comprise et soutenue dans mes difficultés, avec l'espoir d'en venir à bout.

Ce n'est pas le vocabulaire employé qui est important, c'est de croire en ses capacités d'amélioration et d'analyser pour corriger. Pour cette note-là, c'est le doigt qui n'a pas le bon écartement, pour celle-là, c'est le poignet qui n'est pas assez tourné, ou encore le doigt pas assez vertical, ou pas assez enfoncé, ou bien le démanché qui n'est pas correctement effectué, l'archet qui n'entre pas suffisamment dans la corde et qui donne l'impression que la note n'est pas stable, etc...





Hors ligne Multi

Re : Je ne stresse pas encore mais ça va venir…
« Réponse #50 le: 11 juin 2019 à 15:48:35 »
Très bonne analyse Françoise  :youpi:.

Quand je disais « ma très grande faute », c’était au « cathé » et à « confess » qu’on me faisait dire ça, pas à l’école !
A l’école primaire j’étais toujours « premier » avec plein de « bons points » Nah   :tongue:… quelle époque !!!!
Maintenant on ne classe plus, c’est pas plus mal (mais en supérieur les étudiants découvrent amèrement le classement, mais ils sont « plus murs » pour ça)…

Mon père était quasi-analphabète, et faisait énormément de fautes (pire que du SMS), le terme de « faute «  a toujours été culpabilisant pour lui (mais il était exceptionnel au niveau manuel et intelligence pratique !).
Ma mère avait son « certificat » (d’études primaires, mais n’avait jamais compris la logique de la ponctuation par ex), ma belle mère aussi, et toutes deux montraient une grosse « culpabilité » quand elles faisaient des fautes, ressentant une honte avouée ou pas…

L’éducation religieuse ayant beaucoup diminué, tu as raison maintenant on peu dire « faute/erreur » sans que faute ait une connotation plus moralement négative, en faisant attention cependant quand on s’adresse aux aînés (à partir de mon âge !  :violoniste4sm: la soixantaine  :danse:…).

Bien sûr c’est la manière dont on se sert (ou dont on aide à se servir) de ses erreurs et de ses réussites qui permettent une progression stimulante…

Pour un autodidacte, la méthode « try and errors » (essais et erreurs) est une des bases essentielles. :yeah2:

En ligne miaou

Re : Je ne stresse pas encore mais ça va venir…
« Réponse #51 le: 12 juin 2019 à 11:04:40 »
J'ai dû expliquer à une élève de 8 ans la différence entre ce que l'on est et ce que l'on fait.
A chaque "erreur", elle disait : "je suis nulle" ou "je suis bête".

Beaucoup de personnes confondent les deux, et se remettent en cause dans leur être pour une action jugée non réussie. C'est très générateur de mauvaise estime de soi. La religion a beaucoup oeuvré dans cette confusion en installant durablement la culpabilité dans l'être.

en faisant attention cependant quand on s’adresse aux aînés (à partir de mon âge !  :violoniste4sm: la soixantaine  :danse:…).

C'est vrai ça ! faites attention quand vous vous adressez à nous, bande de jeunes impertinentes !!  :rigol: :rigol: :rigol:
« Modifié: 12 juin 2019 à 11:08:13 par miaou »

Hors ligne Multi

Re : Re : Je ne stresse pas encore mais ça va venir…
« Réponse #52 le: 12 juin 2019 à 11:51:33 »
J'ai dû expliquer à une élève de 8 ans la différence entre ce que l'on est et ce que l'on fait.
:toutok: