Auteur Sujet: Hey  (Lu 445 fois)

Hors ligne critou

Re : Re : Hey
« Réponse #30 le: 12 septembre 2018 à 18:36:32 »
Ce n'est pas toujours passionnant mais je ressens un naturel qui commence timidement à s'installer, mains et épaules détendues, archet bien parallèle au chevalet ; ce n'est que mon avis de profane mais je pense qu'il est important de passer par là et que j'ai bien fait de reculer un peu le temps d'une semaine ou deux.
:super: Oh que oui tu as raison ! le temps perdu maintenant est gagné pour plus tard. J'ai pris pas mal de temps aussi à m'acharner sur la tenue de l'alto au début, ce n'était pas du temps perdu. Et les cordes à vide… ça peut être très joli, il y a plein de choses qu'on peut bosser dessus. Jse ferais mieux de m'y remettre un peu d'ailleurs.
Telle est ma quête, suivre l’étoile, peu m’importent mes chances, peu m’importe le temps… (Brel)

Hors ligne Claudine

Re : Re : Re : Hey
« Réponse #31 le: 12 septembre 2018 à 19:32:40 »
C'est bien, ça a l'air de suivre son cours... Détente et patience sont deux qualités très utiles à l'apprentissage du violon. :violoniste6:


j‘adore les maths presque autant que la musique !

Bigre bigre ! comment est-ce possible ? :ouuh:  Je t'admire !

Je crois qu'il suffit d'aimer rêver un peu... je suis par exemple fascinée par la magie du nombre 7:
les 7 jours de la semaine
les 7 merveilles du monde
les 7 couleurs de l'arc en ciel
etc...
sans oublier Blanche-Neige et les 7 nains
et bien sûr... les 7 notes de musique
etc...

Et pour vous faire sourire, j'ai une citation pour Orliac:
"En mathématique, c'est comme dans un roman policier ou un épisode de Columbo : le raisonnement par lequel le détective confond l'assassin est au moins aussi important que la solution du mystère elle-même."

Et une pour Annie et Olivier:
"Les maths, c'est comme l'amour. Une idée simple mais qui peut parfois se compliquer."
Comme vous êtes tous les deux très sagaces, vous avez résolu le problème simplement... :amour1:
« Modifié: 12 septembre 2018 à 19:34:41 par Claudine »

Hors ligne A

Re : Hey
« Réponse #32 le: 21 septembre 2018 à 18:43:00 »
Je reviens de mon deuxième cours, ça se passe très bien. On s'éloigne un peu de la méthode Lesseur pour le moment, on pioche dans la méthode Garlej et je feuillette pour ma part la méthode Doflein à mes heures perdues. J'aime croiser les approches, même si au fond ce sont surtout des supports.C'est avant tout la prof qui improvise et adapte la courbe d'apprentissage au fil des semaines en fonction de mes progrès.

On attaqué la main gauche. Il semble que j'apprenne plutôt vite donc elle n'a pas hésité à me malmener un peu et franchir quelques étapes. J'ai de nombreuses choses à assimiler d'ici au prochain cours, je retourne de ce pas m'acharner !

Hors ligne Claudine

Re : Hey
« Réponse #33 le: 21 septembre 2018 à 21:48:17 »
C'est bien, tout ça  :cheesy:

Je crois avoir écrit que le violon, c'est détente et patience... :ironie: tu n'as pas lu mon post...  :humour:

Bon, ce n'est pas grave. Je trouve tes progrès très bien. Cela dit, on évite de "s'acharner" sur un violon. Même si c'est plus facile à dire qu'à faire. Continue!

Hors ligne Françoise

Re : Hey
« Réponse #34 le: 22 septembre 2018 à 05:17:58 »
J'aime croiser les approches, même si au fond ce sont surtout des supports.C'est avant tout la prof qui improvise et adapte la courbe d'apprentissage au fil des semaines en fonction de mes progrès.

Effectivement, à partir du moment où tu as une prof, ce n'est plus la méthode Lesseur que tu suis, mais celle de ta prof. Et adapter les exercices en fonction de tes progrès et de tes difficultés propres en piochant dans les différents supports existants reste le meilleur moyen de te faire progresser.

Mais tu te rendras compte très vite qu'Olivier c'est aussi une méthode. Une méthode qui met les sensations corporelles au coeur de l'apprentissage et qui te permet de devenir assez vite le "prof de toi-même" As-tu lu son livre?

Claudine, je me trompe peut-être mais je crois que A plaisantait en disant qu'il s'acharne...

Hors ligne A

Re : Hey
« Réponse #35 le: 22 septembre 2018 à 09:16:18 »
Tu parles du Violon autrement ? Je l'ai lu, oui, à l'exception peut-être de passages un peu avancés comme le vibrato ou le démanché ; il y a des choses intéressantes, en effet, c'est un condensé de ce que j'appellerais des « bases avancées », des choses qu'on ne trouve pas forcément dans une méthode mais plus dans la bouche d'un professeur, et qui ont du coup une grande valeur pour un autodidacte à qui sans quoi il manquerait ces précieux conseils. Je pense que c'est effectivement un très bon livre de chevet pour quelqu'un qui apprend le violon sans prendre de cours. Donc oui, je comprends bien ce que tu veux dire par le fait de devenir vite prof de soi-même à travers ces pages. (:

Après l'ouvrage, en parallèle à la méthode, prend certains partis, et c'est bien normal, tous les auteurs ayant leur propre vision. La préface de Doflein, par exemple, insiste sur la pose du quatrième doigt dès le départ comme jalon pour l'oreille, tout comme ma prof qui souhaite que je travaille rapidement la souplesse de la main gauche, là où Lesseur garde l'auriculaire pour plus tard et a une approche plus gestuelle en commençant par utiliser le troisième doigt comme repère pour le deuxième. Il y a aussi le fait de garder ou non les doigts posés sur les cordes, qui est un point où Lesseur ne fait pas forcément consensus, y compris auprès de ma prof qui m'apprend effectivement à ne pas les lever pour le moment. C'est en cela que je dis qu'on s'éloigne un peu de la méthode Lesseur pour l'heure.

Je trouve, au fond, la plupart des principales approches plutôt intelligentes à leurs façons respectives. Lesseur, Garlej, Doflein, Müller Rusch... Je les parcours et je pense qu'il n'y en a pas une plus mauvaise que l'autre, elles ont toutes été écrites par des violonistes et enseignants accomplis et très expérimentés. Ma prof elle-même a pour ainsi dire un bagage « raisonnable » et a ma confiance aveugle. :p Au final les bons élèves de tous ces gens deviendront autonomes et bons violonistes un jour, je ne m'en fais pas. Il y a autant de façons d'enseigner que de façons d'apprendre, ça s'applique à tous les domaines.

PS : Je dis Lesseur et non Olivier à dessein, pour respectueusement distinguer la méthode et la personne quand je parle purement « littérature ». (:
PPS : Oui j'ai volontairement utilisé un verbe un peu brut de décoffrage haha, je pratique plus que je m'acharne !
« Modifié: 22 septembre 2018 à 10:00:52 par A »

Hors ligne Françoise

Re : Hey
« Réponse #36 le: 27 septembre 2018 à 13:00:28 »
Oui, c'est bien de ce livre que je parlais. Et effectivement, il y a parfois des divergences importantes d'approche, et d'ordre dans les apprentissages. Et le fameux cas du "doigts posés ou pas?"
Rares sont les professeurs que j'ai rencontrés qui étaient assez ouverts pour entendre les arguments de ceux qui ne font pas comme eux, et assez curieux pour aller voir d'autres méthodes.
Mais pour nous, adultes apprenants, je pense qu'il est important et utile de lire et d'expérimenter les différentes approches.

Hors ligne Olivier LESSEUR

  • Administrateur
  • Membre Fortissimo
  • *****
  • Messages: 10747
  • Total likes: 382
  • Apprendre c'est bien. Comprendre, c'est mieux.
    • Une méthode de violon en 8 volumes avec CDs audios, dvd-rom et DVDs de cours vidéos, pour apprendre et perfectionner le violon classique, irlandais, tzigane et jazz.
Re : Hey
« Réponse #37 le: 28 septembre 2018 à 10:02:12 »
Le plus important, A, pour avoir du plaisir et progresser à ton âge, c'est d'apprendre progressivement à être le prof de soi-même. Si tu ne fais pas ma méthode en cours live c'est pas grave, ce qui compte surtout, c'est que tu utilises ton cerveau pour ne pas seulement être un élève qui suit un cours mais un élève qui apprend à apprendre.

J'ai enregistré plusieurs vidéos ces derniers jours dont une "violoniste autodidacte" et aussi une autre "apprendre enfant ou adulte", je vais les mettre sur ma chaine de cours gratuits dans les jours qui viennent.

Il faut savoir que enseigner aux enfants ou adultes, c'est vraiment très différent dans la manière, même si le support peut être le même sans aucun problème !
Lisez le livre de olivier Lesseur le violon autrement :LVA: pour comprendre la technique et harmoniser les gestes avec l'instrument.
+ de 1500 cours vidéos GRATUITS sur la chaine Youtube "Apprendre le Violon"
La méthode d'Olivier Lesseur en 8 volumes : http://www.methodelesseur.fr

Hors ligne A

Re : Hey
« Réponse #38 le: 01 octobre 2018 à 11:58:16 »
À mon avis, la méthode à employer dépend beaucoup de la personnalité de l'élève. Indépendamment du fait qu'il soit un enfant ou un adulte, l'un des points les plus importants pour moi est sa résilience au découragement. Ce n'est pas forcément inhérent à la musique, ce que je dis, mais plus à l'enseignement de manière générale. Il y aura bien sûr toujours des plus doués que d'autres, qui arrivent aux mêmes résultats qu'un camarade avec moins de travail, on ne peut rien y faire et je n'aurai pas la prétention de proposer des raisons à ça ; mais instinctivement doués ou non, ceux qui restent au final sont avant tout ceux qui n'ont pas perdu leur motivation en cours de route. La motivation est un point central.

Un élève solide, on peut se permettre d'être un peu plus rugueux avec lui, le malmener pour son bien. Lui imposer certaines difficultés plus vite, lui donner des exercices techniques pas forcément drôles mais efficaces. On sait qu'on ne va pas le perdre et qu'il va aller au bout quoi qu'il arrive. D'un autre côté, un élève qui a un peu moins confiance en lui ou qui se décourage vite pour une raison ou une autre, bref un élève qui décroche facilement, il va falloir dans un premier temps l'emmener sur un terrain plus ludique, mettre un peu de sucre dans son café, lui faire faire plus de pauses aussi. Naturellement c'est très propre aux enfants, mais les adultes n'y sont pas tous étrangers, loin de là ; et surtout, on peut imposer certaines choses à un enfant qu'on ne peut pas imposer à un adulte. L'enfant ne peut pas dire « Allez vous faire foutre », prendre son manteau et se barrer. L'adulte oui, et il faut ainsi prendre d'autant plus soin de lui si on veut l'emmener au bout. Le bout, au final, c'est ce que tu appelles être prof de soi-même, c'est l'autonomie, c'est être enfin entré dans le monde qu'on veut découvrir et savoir y tenir debout tout seul.

Ta méthode, Olivier, comparée à d'autres plus anciennes, a une courbe d'apprentissage moins abrupte, des exercices plus progressifs. Je ressens dans tes pages cette volonté de mettre un point d'honneur à prendre soin de la motivation de l'élève, en somme de s'adresser à un plus grand nombre. Plutôt que passer des semaines à jouer des gammes, tu proposes rapidement des petits morceaux avec peu de doigts et peu de cordes, et tu mets des petites roues à tout l'aspect solfège. Je pense que ta méthode apporte effectivement quelque chose de nouveau en s'adressant à des élèves que d'autres modes d'apprentissage auraient rapidement découragés. (:

Hors ligne Françoise

Re : Hey
« Réponse #39 le: 01 octobre 2018 à 13:43:57 »
Je suis à 99% d'accord avec toi.
Le 1% qui reste c'est ça:
on peut imposer certaines choses à un enfant qu'on ne peut pas imposer à un adulte. L'enfant ne peut pas dire « Allez vous faire foutre », prendre son manteau et se barrer.



Premièrement (et malheureusement), les enfants aujourd'hui peuvent très bien te dire "va te faire foutre!" et même pire. Et si c'est pas dit directement, il se plaint à ses parents qui débarquent furax.

Deuxièmement, je pense qu'en pédagogie, et encore plus quand il s'agit d'enseigner quelque chose qui relève du loisir, imposer est une méthode inefficace que ce soit à un adulte ou à un enfant. S'il ne sait pas pourquoi il doit faire un exercice, quel bénéfice il peut en tirer, l'élève ne l'exécute pas correctement, et donc n'en tire aucun avantage: Au mieux, il l'expédie vite fait s'il est docile, dans le cas contraire, il ne le fait pas.

Sur tout le reste je te rejoins, je ne pense pas que l'âge soit le critère le plus déterminant pour adapter sa pédagogie.
L'âge demande d'adapter le niveau de langage, le détail dans les explications, le temps d'attention, l'attente au niveau du travail personnel. Mais l'approche, les exigences, la manière d'enseigner, pas vraiment.
Ce qui est déterminant je pense, c'est de faire ou du moins d'essayer de faire avec le type d'intelligence musicale, de mémoire et de façon d'apprendre de l'élève. Or c'est parfois difficile quand la façon de fonctionner du prof est à l'opposé de celle de l'élève. 
Sans compter que quand il s'agit d'un enfant, il faut faire aussi avec les parents.

Hors ligne Olivier LESSEUR

  • Administrateur
  • Membre Fortissimo
  • *****
  • Messages: 10747
  • Total likes: 382
  • Apprendre c'est bien. Comprendre, c'est mieux.
    • Une méthode de violon en 8 volumes avec CDs audios, dvd-rom et DVDs de cours vidéos, pour apprendre et perfectionner le violon classique, irlandais, tzigane et jazz.
Re : Hey
« Réponse #40 le: 08 octobre 2018 à 08:42:28 »
je pense que la première qualité d'un prof en cours live, c'est l'adaptabilité, l'écoute de l'élève à travers ses envies et possibilités. et c'est ce qui est le plus intéressant ... D'une certaine manière, faire progresser un élève doué, c'est simple, il y a moins besoin de se remuer la cervelle.

J'ai tendance à penser que pour enseigner en cours live à un adulte, l'idéal est un adulte qui a suivi le même chemin, mais juste avant lui ... Comme pour enseigner à un enfant, c'est un prof qui a aussi suivi le même chemin avant l'enfant.

Des gens comme Annie ou Françoise sont parfaits pour vraiment comprendre et s'adapter en cours live car elles ont transpiré en cherchant, toujours cherchant. Elles ont exploré de nombreux chemins, ce qui n'est pas le cas d'un prof ayant appris jeune et qui a suivi un chemin, "son" chemin.
Lisez le livre de olivier Lesseur le violon autrement :LVA: pour comprendre la technique et harmoniser les gestes avec l'instrument.
+ de 1500 cours vidéos GRATUITS sur la chaine Youtube "Apprendre le Violon"
La méthode d'Olivier Lesseur en 8 volumes : http://www.methodelesseur.fr

Hors ligne Françoise

Re : Hey
« Réponse #41 le: 13 octobre 2018 à 18:00:50 »
Je pense qu'en effet avoir connu les galères de débutant il n'y a pas longtemps, et y avoir réfléchi est un avantage.
Mais seulement pour aider des débutant: le manque de technique va vite faire défaut quand même...

Hors ligne miaou

Re : Hey
« Réponse #42 le: 15 octobre 2018 à 19:05:58 »
Oui, là je te rejoins Françoise, je pense qu'il faut quand même une différence de niveau suffisamment importante pour connaître toutes les techniques de base.

elles ont transpiré en cherchant, toujours cherchant.

Et elles cherchent toujours.... :cheesy:
D'ailleurs si on me demande ce que je fais dans la vie, je dirai que je suis "chercheuse" ! socialement, ça en jette !  :rigol:

Et chercher c'est bien, mais trouver, c'est mieux !  :rigol:

Hors ligne Claudine

Re : Hey
« Réponse #43 le: 15 octobre 2018 à 20:00:32 »
Des chercheurs qui cherchent, on en trouve; mais des chercheurs qui trouvent, on en cherche...! :tongue:

Bienvenue au club etun

Hors ligne critou

Re : Hey
« Réponse #44 le: 15 octobre 2018 à 21:02:35 »
Des chercheurs qui cherchent, on en trouve; mais des chercheurs qui trouvent, on en cherche...! :tongue:
Bien dit  :yes:
Telle est ma quête, suivre l’étoile, peu m’importent mes chances, peu m’importe le temps… (Brel)