Auteur Sujet: Le Violon d'Olivier  (Lu 10881 fois)

Hors ligne Yveline

  • Modérateur Global
  • Membre Fortissimo
  • *****
  • Messages: 5783
  • Total likes: 14
  • mon avatar : "Yveline" par Shadow
Re : Le Violon d'Olivier
« Réponse #30 le: 29 janvier 2015 à 19:50:14 »
toujours aussi intéressant  :super:

c'est vrai que c'est assez formidable de tout créer à la main de A à Z ; l'objet est forcément unique

Hors ligne Françoise

Re : Le Violon d'Olivier
« Réponse #31 le: 30 janvier 2015 à 23:22:53 »
Merci , ce reportage en temps presque réel est excellent!

Hors ligne Orliac

Re : Le Violon d'Olivier
« Réponse #32 le: 31 janvier 2015 à 08:57:54 »


     On avance dans le travail, la volute prend forme, le manche est rogné à sa forme définitive mais beaucoup trop gros. Certains luthiers ne procèdent pas de cette manière : ils ne mettent le manche en forme qu'après l'avoir monté sur le violon. C'est donc une des dernières opérations pendant la fabrication, mais je préfère ma manière qui m'évite de donner des mauvais coups sur le bois finement poncé.



     Le manche est presque terminé. La volute est à la forme, il reste encore beaucoup de temps de ponçage et de lustrage, mais ce travail se fera plus tard. L'épaisseur du manche est de 11,5 mm, ici elle est encore à 13 mm. La mise à la bonne côte se fera à la fin, quand le manche sera monté.



La touche est collée sur le manche avec une goutte de colle rapide pour l'ajuster. La touche est fabriquée en ébène, et j'ai toutes les peines du monde à trouver du bel ébène, bien serré, sans marbrures blanches et d'un aspect uni. J'achète très cher des bûches et la plus grosse partie part au feu.

     A ce propos, on n'a pas toujours construit les touches en ébène, car il y a un paradoxe : les musiciens modernes demandent beaucoup à leur violon et exigent des touches très dures qui ne s'usent pas trop vite, raison pour laquelle l'ébène est le meilleur bois. Mais ce même ébène a le défaut d'être très lourd (une touche de violon ne doit pas dépasser 60 grammes) et de ne pas être excellent pour les vibrations. Ainsi, Les luthiers de l'époque baroque construisaient des touches en poirier, bois au grain très fin et pouvant se lustrer aussi bien que l'ébène. Stradivarius fabriquait les siennes en peuplier qu'il recouvrait d'une feuille d'ébène.

     La touche, une fois découpée dans l'ébène est mise à la côte. C'est très important pour le renversement du manche et donc du son: elle doit avoir une épaisseur de 7 mm côté sillet et 11 mm côté chevalet. Une fois collée sur le manche, elle est ajustée à celui-ci. Pour l'instant, elle n'est pas évidée en bout, cette opération se fera plus tard. J'ajoute que le changement de la touche sur un violon est une opération délicate: la nouvelle touche doit avoir le même poids que l'ancienne, sinon le son de l'instrument change.
le site internet de mes violons : http://gilbertbordes-luthier.fr
:violon3sm:

Hors ligne Yveline

  • Modérateur Global
  • Membre Fortissimo
  • *****
  • Messages: 5783
  • Total likes: 14
  • mon avatar : "Yveline" par Shadow
Re : Le Violon d'Olivier
« Réponse #33 le: 31 janvier 2015 à 10:28:17 »
La touche est fabriquée en ébène, et j'ai toutes les peines du monde à trouver du bel ébène, bien serré, sans marbrures blanches et d'un aspect uni. J'achète très cher des bûches et la plus grosse partie part au feu.
quel dommage !
as-tu essayé de les revendre à un atelier de sculpture, ce bois est aussi très prisé en sculpture, il me semble, et tu y perdrais moins  rolleyes

tous ces détails sont vraiment très intéressants

Hors ligne Orliac

Re : Le Violon d'Olivier
« Réponse #34 le: 31 janvier 2015 à 11:30:48 »
La construction se poursuit, avec un peu d'avance sur le programme prévu.



     Le moule est enlevé. Le cordon ombilical est coupé, le violon se sépare de la matrice qui lui a donné forme.



     Les contre éclisses sont collées du côté de la table. De la même manière que pour les précédentes, j'ai utilisé des pinces à linge en bois pour les maintenir en place pendant le collage. Vous pouvez constater qu'elles sont un tout petit peu plus larges que celles du fond. Ce n'est pas du tout obligatoire, mais j'ai l'habitude de faire ainsi, car cette partie du violon est soumise à la pression de la table qui est déformée à l'intérieur par la barre et à l'extérieur par la tension des cordes.

     Les contre éclisses comme je l'ai dit plus haut sont des renforts. Elles sont ajustés serrées avec les coins et les tasseaux pour obtenir un ensemble solide qui ne se déforme pas. Cette condition est essentielle pour la qualité du son.



     Le bois superflu est enlevé. Les coins sont alignés sur les contre éclisses, les tasseaux sont arrondis. Il est important d'enlever tout ce qui est superflu. La balance de cuisine est nécessaire pour s'assurer que l'instrument n'est pas trop lourd. Je vous en reparlerai très bientôt quand toutes les pièces seront prêtes.

     Il reste à faire le plus fastidieux: le ponçage total. Mais avant tout, nous allons confectionner la table, dernier élément du corps de ce violon.
le site internet de mes violons : http://gilbertbordes-luthier.fr
:violon3sm:

Hors ligne nanny

Re : Le Violon d'Olivier
« Réponse #35 le: 01 février 2015 à 10:04:38 »
Reportage toujours aussi passionnant  :toutok:

Merci Orliac !

Hors ligne Yveline

  • Modérateur Global
  • Membre Fortissimo
  • *****
  • Messages: 5783
  • Total likes: 14
  • mon avatar : "Yveline" par Shadow
Re : Le Violon d'Olivier
« Réponse #36 le: 02 février 2015 à 18:04:39 »
c'est bien de sortir de la matrice (l'expression plairait à certaines de mes amies)

je suis rassurée car j'avais déjà vu plusieurs fois coins et tasseaux, les trouvant un peu encombrants, donc j'apprécie de les voir ainsi rognés

Hors ligne Cécily

  • Membres intégrés
  • Membre Adagio
  • ***
  • Messages: 400
  • Total likes: 1
  • Photo de Karen Brunon, brillante violoniste
Re : Le Violon d'Olivier
« Réponse #37 le: 02 février 2015 à 21:36:33 »
c'est bien de sortir de la matrice (l'expression plairait à certaines de mes amies)

Tu parles des violonistes matheux ?  appl2
"Un jour, j'ai vu un violon dans la vitrine d'un magasin. J'avais cinq ans, un sourire qui faisait des fossettes, et que j'ai utilisé à tour de bras pour convaincre ma maman. je n'ai jamais cessé d'en jouer depuis. " Karen Brunon

Hors ligne martensite

Re : Le Violon d'Olivier
« Réponse #38 le: 02 février 2015 à 22:36:36 »
Bonjour Orliac,
Au sujet des épaisseurs du fond et de la table. A-t-on une épaisseur uniforme et sinon quelles sont les épaisseurs mini, maxi?
Où se situent le min et le max?
Est-ce qu'il y a une symétrie dans les épaisseurs par rapport à l'axe principal ou mettez-vous plus ou moins d'épaisseur du côté de la barre des basses ou de l'âme?
Merci.

Hors ligne Orliac

Re : Le Violon d'Olivier
« Réponse #39 le: 03 février 2015 à 08:12:48 »
Les épaisseurs sont étroitement liées à la dureté et l'élasticité du bois. C'est une des grandes difficultés que doit résoudre le luthier sans posséder tous les éléments qui permettraient d'aller vers un résultat aussi rigoureux que celui d'une formule mathématique. C'est le bois qui commande, le luthier qui exécute, mais souvent à l'aveugle, même si son incertitude est contenue dans des limites qui permettent de ne pas faire des erreurs trop grossières. 
   Pour le fond, je crois l'avoir dit, l'épaisseur n'est pas la même sur toute la surface. Nous partons du centre de la pièce et non de la partie sous le chevalet, avec une épaisseur de 4,5 mm et nous diminuons cette épaisseur en ronds concentriques comme les ondes d'une goutte d'eau. Ceci pour dire que l'épaisseur est plus grande entre lez C que vers le manche et le bouton.  Je crois avoir déjà dit qu'on affine un peu plus entre les épaules et les hanches pour donner plus de souplesse à l'ensemble. Ainsi, en haut, on trouve une épaisseur de 2,4 et en bas, 2,6. Les bords se trouvant autour de 2,8-3mm.
   Ces épaisseurs ne sont que des indications. Naturellement, on ne s'en éloigne pas beaucoup mais selon la dureté de l'érable utilisé - c'est souvent là l'inconnue, d'où la nécessité de tout peser quand on travaille du bois pour la première fois- il faut les modifier. Une forte densité demande de baisser les côtes notamment au centre. On peut descendre à 4,2 ou au contraire laisser 4,8 sur un bois léger. La position des stries de croissance est très importante. Du bois où les stries sont perpendiculaires (donc qui a été coupé en bûches comme je le fais) peut être descendu en dessous de la côte standard, alors qu'un bois dont les stries sont obliques doit souvent être un peu plus épais. Tout ceci est laissé à l'appréciation du luthier et son expérience reste le meilleur atout de réussite. La connaissance du bois qu'il travaille est essentielle.
   Concernant la table, c'est un peu différent. J'en parlerai bientôt
le site internet de mes violons : http://gilbertbordes-luthier.fr
:violon3sm:

Hors ligne Olivier LESSEUR

  • Administrateur
  • Membre Fortissimo
  • *****
  • Messages: 10934
  • Total likes: 395
  • Apprendre c'est bien. Comprendre, c'est mieux.
    • Une méthode de violon en 8 volumes avec CDs audios, dvd-rom et DVDs de cours vidéos, pour apprendre et perfectionner le violon classique, irlandais, tzigane et jazz.
Re : Le Violon d'Olivier
« Réponse #40 le: 03 février 2015 à 09:14:41 »
J'ai le sentiment que la création d'un violon rejoint le jeu du violoniste par rapport à la démarche sur une vie : Les premières années, on apprend en regardant, en "copiant". Et ensuite on essaie de comprendre à travers un processus de recherches et interrogations qui prend progressivement le pas sur la "copie".

Même si je vais bientôt fêter ma vingtième année de présence sur internet, je me sens parfois grâce au web toujours comme un gamin qui découvre les jouets de Noël. C'est le cas sur ce sujet car mes premiers souvenirs d'atelier de luthier datent d'il y a plus de 40 ans mais grâce au web je découvre ce que je n'aurais sans doute jamais connu dans la "vraie vie", la fabrication d'un violon de A à Z.

 :merci: Orliac
Lisez le livre de olivier Lesseur le violon autrement :LVA: pour comprendre la technique et harmoniser les gestes avec l'instrument.
+ de 2000 cours vidéos GRATUITS sur la chaine Youtube "Apprendre le Violon"
La méthode d'Olivier Lesseur en 8 volumes : http://www.methodelesseur.fr

Hors ligne Yveline

  • Modérateur Global
  • Membre Fortissimo
  • *****
  • Messages: 5783
  • Total likes: 14
  • mon avatar : "Yveline" par Shadow
Re : Re : Le Violon d'Olivier
« Réponse #41 le: 03 février 2015 à 17:50:49 »
c'est bien de sortir de la matrice (l'expression plairait à certaines de mes amies)

Tu parles des violonistes matheux ?  appl2
non, je pensais plutôt à une "matrix"  :clindoeil2:

Olivier, dans une prochaine vie, tu seras luthier  :hihihi: et Orliac, prof de violon
et moi sophrologue instrumental comme le copain d'Orliac
« Modifié: 03 février 2015 à 17:56:47 par Yveline »

Hors ligne Olivier LESSEUR

  • Administrateur
  • Membre Fortissimo
  • *****
  • Messages: 10934
  • Total likes: 395
  • Apprendre c'est bien. Comprendre, c'est mieux.
    • Une méthode de violon en 8 volumes avec CDs audios, dvd-rom et DVDs de cours vidéos, pour apprendre et perfectionner le violon classique, irlandais, tzigane et jazz.
Re : Le Violon d'Olivier
« Réponse #42 le: 04 février 2015 à 08:39:55 »
Lisez le livre de olivier Lesseur le violon autrement :LVA: pour comprendre la technique et harmoniser les gestes avec l'instrument.
+ de 2000 cours vidéos GRATUITS sur la chaine Youtube "Apprendre le Violon"
La méthode d'Olivier Lesseur en 8 volumes : http://www.methodelesseur.fr

Hors ligne Orliac

Re : Le Violon d'Olivier
« Réponse #43 le: 04 février 2015 à 14:54:31 »
     Et maintenant la table :



     Elle est constitué de deux morceaux d'épicéa coupés dans la même bûche pour obtenir une parfaite symétrie entre les parties de chaque côté de l'axe médian.

     L'épicéa vient du Jura, il a une dizaine d'années de séchage dans mon atelier. Il n'a reçu aucun traitement chimique à part, au tout début, une vaporisation de Xylophène pour empêcher les insectes de s'y installer. Ce produit reste à l'extérieur du bois et n'a aucune incidence sur le vieillissement et le son.

     Vous pouvez remarquer en bas à droite, une partie plus sombre. C'est une poche de résine, mais rassurez-vous, je l'ai sondée et elle ne descend pas profond. Elle va disparaître pendant le rognage.



     La table est mise à la bonne forme. La voûte est ébauchée après le premier rognage. Vous remarquez en haut l'entaille destinée à l'enclavement du manche et en bas la place du sillet qui tient le tire-cordes. La poche de résine a disparu.



     La mise en forme et à la hauteur de la voute est terminée. Nous gardons cependant un demi-millimètre pour les finitions, le raclage, le ponçage.



     Nous avons sauté plusieurs étapes, mais elles sont identiques à ce que nous avons vu sur le fond. Les filets sont collés, et les ouïes sont dessinées. Concernant les ouïes, il y aurait beaucoup à dire. Les crans intérieures se trouvent à 19,5 cm du bord haut de la table. C'est la fameuse règle des 3/5 qui partage la  distance entre le sillet du haut et le chevalet que nous appliquons ici: 13 cm sur le manche du bord du sillet du haut au bord de la table (6,5 x 2) et 19,5 cm du bord de la table côté manche, jusqu'à la ligne qui relie les deux crans intérieurs et où se trouvera le chevalet (6,5 x 3) ce qui donne au total 32,5 cm.

     Les ouies ne sont pas placées n'importe comment. La distance entre les trous du haut  doit être de 41-42 mm. Si on dépasse cette distance,  l'instrument a un son sans timbre, si on rapproche les ouïes, le violon manque de puissance.
le site internet de mes violons : http://gilbertbordes-luthier.fr
:violon3sm:

Hors ligne Yveline

  • Modérateur Global
  • Membre Fortissimo
  • *****
  • Messages: 5783
  • Total likes: 14
  • mon avatar : "Yveline" par Shadow
Re : Le Violon d'Olivier
« Réponse #44 le: 05 février 2015 à 08:11:32 »
t'as vu Olivier, il sourit ton violon  :amour1:

c'est vraiment un beau reportage et tes photos sont très belles, Orliac !