Auteur Sujet: Rapport prof-élève  (Lu 5574 fois)

Hors ligne vero4strings

Rapport prof-élève
« le: 21 novembre 2013 à 14:12:43 »
J'ai beaucoup réfléchi au rapport prof élève, confrontant ce que je lis ici et ce que je vis au quotidien en tant que prof.
On tape beaucoup sur ces prof que l'on dit tyraniques, sans âme, autoritaires, exigeant, stressant..... Ces profs qui mettent mal à l'aise, qui tétanisent et qui n'ont que des discours frustant à la bouche sans jamais souligner ce qui va bien.
N'étant pas dans l'expérience des uns et des autres, je me garderai de juger les individus.

En tant que prof, j'ai aussi l'impression que les élèves, ils se la mettent tout seul, la pression. J'essaye de mettre à l'aise, de dédramatiser la fausse note, de rendre la séance agréable et de mettre l'accent sur ce qui va... Et bien malgré tout, j'ai des gens qui arrivent très stressés, qui sont tétanisés à la moindre erreur, qui se fustigent tout seul à grand coup de "j'suis con". J'ai beau leur dire qu'ils font des progrès, ils ne l'entendent pas, où pire, pensent que c'est pour leur passer de la pommade et que ce n'est pas vrai. Il s'agit avant tout d'élèves adultes mais j'ai quelques cas aussi chez les plus jeunes. Ils n'ont pas eu le temps de s'entraîner, ils arrivent craintifs comme si j'allais les sermonner; les gronder, les punir :ouuh:

Ces élèves-là refusent de voir leur progrès. Des fois je me demande s'ils n'aimerait pas me convaincre qu'ils sont nuls, tout ça parce qu'ils n'avancent pas à vitesse supersonique.....

Donc j'ai quand même l'impression que pas mal de gens se mettent d'eux même dans des situations de mal à l'aise, en dépit de ce qu'ils ont en face.

C'était la réflexion du jour  guitariste2
Le son, il est pas dans le violon, mais dans tes doigts !

Hors ligne Marie

Re : Rapport prof-élève
« Réponse #1 le: 21 novembre 2013 à 15:57:55 »
Je crains de ressembler à tes élèves... Mais plus on désire réussir, plus on a peur. J'ai fait (par hasard) une école de journalisme et j'y arrivais sans problème car je n'avais pas envie d'être journaliste. Du coup je donnais le meilleur de moi-même. Mais les autres, ils voulaient vraiment y arriver et cela les paralysait totalement. Ils avaient la peur de la page blanche. C'est exactement ce que je ressens au violon.

Hors ligne vero4strings

Re : Rapport prof-élève
« Réponse #2 le: 21 novembre 2013 à 17:01:57 »
C'est quand même incroyable, si on y pense, le fait que ce que nous désirons si fort nous paralyse. C'est comme la peur de gagner qui fait souvent perdre des compétitions à haut niveau. Incroyable comme nous avons du mal à être relaché pour donner toute notre énergie dans ce qui nous tient à coeur. S'il y a des psychologues sur le forum je serais curieuse d'entendre leur avis.
Le son, il est pas dans le violon, mais dans tes doigts !

Hors ligne Olivier LESSEUR

  • Administrateur
  • Membre Fortissimo
  • *****
  • Messages: 10798
  • Total likes: 390
  • Apprendre c'est bien. Comprendre, c'est mieux.
    • Une méthode de violon en 8 volumes avec CDs audios, dvd-rom et DVDs de cours vidéos, pour apprendre et perfectionner le violon classique, irlandais, tzigane et jazz.
Re : Rapport prof-élève
« Réponse #3 le: 21 novembre 2013 à 17:08:00 »
Marie je vais être obligé de te gronder :marteau: je connais plein d'apprentis élèves qui aimeraient faire au moins comme toi sur 4 cordes !

C'est vrai que trop de motivation peut être stressant mais au bout du compte le très motivé arrivera quand même mieux ...

Véro, sur les profs on parle surtout des trains qui n'arrivent pas à l'heure, être "bon prof" est plutôt normal à priori !

Il faut reconnaître à la décharge des profs "pas rigolos" que dans les conservatoires, à partir d'un certain niveau c'est :marteau:

Par contre je pense que la génération de profs "nés avec youtube" sera plus équilibrée entre sérieux indispensable et convivialité nécessaire.
Lisez le livre de olivier Lesseur le violon autrement :LVA: pour comprendre la technique et harmoniser les gestes avec l'instrument.
+ de 1500 cours vidéos GRATUITS sur la chaine Youtube "Apprendre le Violon"
La méthode d'Olivier Lesseur en 8 volumes : http://www.methodelesseur.fr

Hors ligne Olivier LESSEUR

  • Administrateur
  • Membre Fortissimo
  • *****
  • Messages: 10798
  • Total likes: 390
  • Apprendre c'est bien. Comprendre, c'est mieux.
    • Une méthode de violon en 8 volumes avec CDs audios, dvd-rom et DVDs de cours vidéos, pour apprendre et perfectionner le violon classique, irlandais, tzigane et jazz.
Re : Rapport prof-élève
« Réponse #4 le: 21 novembre 2013 à 17:13:26 »
Sinon, concernant le stress qui vient du "vouloir bien faire", je connais. Pas sur le violon bien sûr car avec les dizaines d'années de jeu, il est devenu un peu comme ma "brosse à dent", mais dans ma 2ème passion (sportive) car sur certains matchs le trouillomètre est dans le rouge, c'est un peu comme si je repassais le bac ... :ping: J'essaie de me concentrer quelques thèmes techniques ou tactiques pour éviter que l'esprit cogite inutilement.
Lisez le livre de olivier Lesseur le violon autrement :LVA: pour comprendre la technique et harmoniser les gestes avec l'instrument.
+ de 1500 cours vidéos GRATUITS sur la chaine Youtube "Apprendre le Violon"
La méthode d'Olivier Lesseur en 8 volumes : http://www.methodelesseur.fr

Hors ligne nounax

Re : Rapport prof-élève
« Réponse #5 le: 21 novembre 2013 à 18:03:47 »
Je suis comme ces élèves.
Je pense déjà qu'en tant qu'adulte c'est plus compliqué qu'il n'y parait de se retrouver dans une situation d'apprentissage.
On n'en a plus l'habitude.
Ensuite je pense qu'on ne peut pas tricher derrière un instrument de musique, ça ne pardonne pas. Cette vérité "crue", elle nous met face à nos propres limites, et on peut le vivre plus ou moins bien. Décevoir son prof, c'est dur à vivre pour un enfant comme pour un adulte. Le prof a X élèves et ne pense plus à eux en particulier quand il rentre à la maison. L'élève a 1 seul prof, et rentre chez lui avec les impressions de son unique cours.

Pour ma part, dans mon propre domaine d'enseignement, je suis partisane (?) d'un enseignement exigeant, pas forcément cool. Je ne suis donc pas mieux que les profs de musique. Je sais où je veux emmener les élèves et je veux tout faire pour qu'ils y arrivent, je suis comme ça. Le fait d'avoir moi-même un prof me fait réfléchir sur l'incidence de e que je dis sur eux. Quand je sors d'un cours de violon en ayant clairement l'impression d'être la dernirèe des nulles, je vois bien l'effet que ça fait, je dois donc faire autrement avec mes propres élèves. Notamment savoir les féliciter les yeux dans les yeux. C'est capital.
Pourtant, je n'arrive pas tjs à garder mon calme en classe (journée pourrie aujourd'hui ,j'avais envie de me barrer), je sais iben que ce n'est pas bien, mais nous sommes tous humains. Parfois, rentrer chez soi en se disant que son prof était de mauvaise humeur, ça déculpabilise, ça décentre de soi ...

la suite plus tard.
"Si je ne brulais pas, crois-tu que je pourrais chanter ?"
Edith Piaf

Hors ligne Olivier LESSEUR

  • Administrateur
  • Membre Fortissimo
  • *****
  • Messages: 10798
  • Total likes: 390
  • Apprendre c'est bien. Comprendre, c'est mieux.
    • Une méthode de violon en 8 volumes avec CDs audios, dvd-rom et DVDs de cours vidéos, pour apprendre et perfectionner le violon classique, irlandais, tzigane et jazz.
Re : Rapport prof-élève
« Réponse #6 le: 21 novembre 2013 à 20:33:32 »
Je pense aussi que l'on peut être exigeant pédagogiquement en restant humain. Mes parents étaient profs et je me souviens que dans leur classe on entendait les mouches voler, pourtant ils étaient (très) appréciés par les élèves car il y avait un investissement humain qui était motivant et sans doute leurs cours n'étaient pas ennuyeux.

Le prof peut se facher aussi bien sûr, le seul truc que j'aime pas c'est la méchanceté car ça veut dire que le prof n'est pas à sa place et c'est un outil qui ne sert à rien pour se faire respecter.

Je suis certain que tu dois être une enseignante appréciée de tes élèves, nounax.

Lisez le livre de olivier Lesseur le violon autrement :LVA: pour comprendre la technique et harmoniser les gestes avec l'instrument.
+ de 1500 cours vidéos GRATUITS sur la chaine Youtube "Apprendre le Violon"
La méthode d'Olivier Lesseur en 8 volumes : http://www.methodelesseur.fr

Hors ligne nounax

Re : Rapport prof-élève
« Réponse #7 le: 21 novembre 2013 à 21:54:27 »
Disons que les élèves m'apprécient, mais pas forcément immédiatement. avec les années, ma réputation est faite et ils comprennent de plus en plus vite que, à condition de se tenir correctement en classe, je suis plutôt sympa et qu'ils pouront être fiers de leur travail.
D'abord ils me trouvent sévère, ça rigole pas, et puis plus tard ils comprennent qu'on peut rigoler mais surtout que je  les prends ua sérieux dans leur apprentissage. Si je me fache, c'est parce que je suis exigeante mais, quand ils réussissent (réussir = arriver au bout ou progresser), il y a une reconnaissance derrière et aussi ils savent que ce qu'ils ont fait va leur être utile. En général je suis appréciée aussi des parents qui ont compris l'intérêt de l'école pour leur enfant (en difficulté ou non). Un peu moins appréciée, voire pas du tout, de ceux qui élèvent des enfants-rois.


Pour en revenir aux profs de musique, je pense que la situation que Vero décrit peut arriver aussi si l'élève n'est jamais en situation de réussite.
C'est un peu ce qui se passe pour ma fille et moi avec notre prof de violon. Jamais on peut se dire "ce morceau là ,je le joue bien".
dès qu'on a à peut près appris un truc, on passe à autre chose d'encore plus dur. Résultat on ne peut jamais arriver en cours en se disant qu'on est content de son travail. on sait que forcément ça va être casse gueule.
Et en plus il préfère qu'on joue 5 morceaux pas bien que 1 bien...
Donc ma leçon aussi pour mon enseignement, c'est de mettre l'élève en situation de réussite quelque soit son niveau. Ce qui est important n'est pas le niveau qu'il atteint, mais la progression qu'il a faite, qui est SA progression. Et ça je pense qu'un adulte le comprend mieux qu'un enfant car on ne lui met pas la pression, il n'a pas d'"année" d'instrument à valider.

En école de musique, la relation prof élève est très forte : on est juste 2 dans la salle (pas de sous entendu débile les gars !) , il y en a un qui sait, l'autre qui ne sait pas. Pour certains élèves, ce qui va marcher c'est le "marche ou crève" limite sado-maso, pour d'autres c'est d'avoir l'impression d'avancer "ensemble". Dans mon cas c'est la 2e solution, j'aimerais bien plus jouer avec mon prof plutot que devant lui, ça me donnerait des ailes ! Et je suis sure qu'il a la compétence pour jouer et m'écouter/regarder en même temps ! jouer tout seul ,c'est se prendre en pleine figure ses approximations, ce son pourri parce qu'on n'a pas un violon de compet ou qu'on ne sait pas bien jouer ... pas facile à assumer.

Bon j'arrête, je pourrais parler de ça pendant des heures, c'est passionnant comme sujet.

 :audodo:


« Modifié: 21 novembre 2013 à 21:56:58 par nounax »
"Si je ne brulais pas, crois-tu que je pourrais chanter ?"
Edith Piaf

Hors ligne vero4strings

Re : Rapport prof-élève
« Réponse #8 le: 22 novembre 2013 à 08:24:29 »
Concernant les adultes je dirais que le pire ce sont les gens qui ont (ou ont eu) un poste à responsabilité. Ils ont un mal fou à suivre les consignes !

Côté sévérité, j'ai la chance de n'avoir que 3 élèves maxi. Ce qui fait que je peux être bien plus cool que si j'avais une classe de 30. J'ai d'ailleurs quitté l'enseignement pour cela. Cependant j'ai toujours un groupe de petits débutants mal élevés qu'il faut sans cesse recadrer, c'est pénible !

Concernant la réussite d'un morceau, je pense qu'on n'a pas à mener l'élève jusqu'à l'exacution parfaite non plus. Faut pas exagérer. Un morceau, c'est pour avancer dans une technique, un objectif de nuances ou autre. Une fois le point acquis il me semble aussi que l'élève peut avancer tout seule en autonomie et paufiner le morceau. Même si ce n'est pas parfait, je souligne les points qui vont bien, qu'il y ait toujours le sentiment d'avancer. Après je remarque aussi que certains, souvent les plus âgés ont du mal à entendre ce discours. Ils pensent que les compliments et encouragement c'est fait pour leur faire plaisir. Ils ont fait une fausse note sur un morceau, ils ne voient que cela, pas le reste. Ils se focalisent sur ce qui ne va pas comme s'ils voulaient à toute force prouver qu'ils ne sont bons à rien. Souvent ce sont des gens qui ont un gros malaise dans leur vie. Ca se ressent dans la musique. Surtout si c'est une envie refoulée durant de longues années.

Nounax, il y a un mot que je ne comprends pas et qui m'a fait tomber de très très haut, le mot est faible. C'est quoi cette histoure de "décevoir" un prof???? Là, je ne comprends pas. Aucun de mes élèves de m'a jamais déçue. Mais alors jamais. Il y a ceux qui travaillent et qui sont des cause de bonne surprise au cours d'après. Il y a ceux qui n'ont pas compris et qui ont fait de travers. En ce cas je réexplique, je formule différement. Je me remets des fois en question. Et il y a ceux qui ne font rien du tout de chez rien du tout entre deux cours. Pas grave, on n'a pas eu le temps et bien on va profiter de ce temps de musique. Voilà tout. On fera plus tard ce que j'avais prévu. pas de malaise.
De déception, jamais.

Relation sado maso... oui j'en ai. J'en ai une qui m'a sorti "s'il faut en passer par là" comme si c'était de la torture. Je lui ai expliqué qu'il fallait prendre les choses avec plaisir et envie. Si c'est ressenti comme de la torture, pas la peine. Certains sont des tarés de l'exo. J'essaye de faire comprendre que l'exo c'est bien mais qu'il ne faut jamais jamais oublier de faire de la musique, avant tout.

Je demande aux élèves de jouer seuls, pour voir oùs ils en sont. j'adore quand l'élève arrive et me dit "je n'y arrive pas". Généralement l'élève y arrive super bien et on en rigole. C'est important pour moi d'entendre l'élève seul car ça me permet de voir où il en est. je ne lui demande pas la perfection mais ça me permet de voir ce qu'il fait. Après on joue ensemble, oui. Il faut encore que l'élève joue assez fort, j'ai des timides, c'est pas croyable ! Mais au fil du temps le son commence à sortir. il faut de la patience. Des années parfois. En riant je leur dit que je vais m'acheter un cornet acoustique; Peu importe les fausses notes, autant profiter de ce qu'on fait de bien.

Pour ta remarque concernant le haut niveau, Olivier, je comprends mal. Pourquoi a un moment faudrait-il entrer dans une exigeance morose, un prof père fouettard. Justement, l'élève doit fournir plus. Donc autant le mettre en confiance, dans la joie et le plaisir. L'important est déjà la motivation de l'élève. Purquoi il est là, qu'est ce qu'il veut en faire. Si c'est devenir professionnel, enseigner ou autre, on explique les objkectifs et pourquooi on demande telle ou telle chose. Si l'élève est motivé il va s'y mettre, pas besoin de fouet. S'il n'est pas motivé, à quoi bon mettre la pression. Il faut peut être revoir les choses et passer dans une case plus "amateur", non ? Je ne connais pas l'ambiance des conservatoire mais j'ai un élève (mon fistounet à moi en plus) qui veut en faire son métier. Il veut intégrer l'ENM de LYon et passer un DUMI pour enseigner en milieu scolaire ou en école. On en a parlé, on a mené l'enquète pour connaitre les tenants et les aboutissants. Je lui ai expliqué comment je construis sa formation. Et il bosse. Ca ne nous empèche pas de bien nous amuser. Quand il a le temps, il fait 3h d'instrument voire plus. Il prend des cours de solfège et d'instrument. je lui ai expliqué le pourquoi du solfège et de l'harmonie. Comment peut on devenir un musicien un vrai, celui qui met sa technique au service de ce qu'il veut exprimer si l'apprentissage se fait dans la douleur. C'est comme ces coach sportifs qui hurlent et insultent les athlètes. Moi je serais totalement tétanisée et je ne pourrais progresser si on me traitait ainsi. Si on m'explique où je peux arriver et pourquoi il faut travailler d'une certaine manière là oui, ça va me motiver.

L'autre jour à l'entrainement j'avais envie d'aba,donner j'atais cuite. le prof nous a dit de continuer, car quand on est fatigué, on utilise la technique et plus la force. C'est ainsi qu'on progresse. Ca m'a fouettée dans le bon sens et j'ai continuée. Il m'aurait traitée de tous les noms d'oiseaux, je ne revenais plus en cours !! Là j'ai envie de doubles les horaires l'année prochaine (mon prof, il est génial !!!!)

Oui, comme sujet c'est passionnant !
Le son, il est pas dans le violon, mais dans tes doigts !

Hors ligne Marie

Re : Rapport prof-élève
« Réponse #9 le: 22 novembre 2013 à 09:28:30 »
C'est vrai que ce sujet est passionnant, et vos interventions très enrichissantes...

Olivier, tu veux me taper sur les doigts. Bien sûr tu as raison. Et tu vas le faire encore plus vu ce que j'ai posté dans "Bonjour et Bonsoir" où je dis que je me sens nulle en violon ! Mais... je ne le dis ni pour pêcher des compliments et être rassurée, ni par sado-masochisme, ni parce que j'aurais des problèmes existentiels ! Je suis très heureuse de mon sort et très sûre de moi et de mes compétences par ailleurs. Pourquoi, alors, cette crainte tenace ?

Je suis, bizarrement, dans le cas de figure à la fois de l'élève "bloqué" et de l'élève "pas bloqué". Je l'ai dit, j'ai fait de longues études sans jamais ressentir ce problème et dans des domaines que j'adore (littérature, langue, histoire, histoire de l'art...) . Je pouvais travailler sereinement en donnant le meilleur de moi-même. Mais, ces études, le hasard m'y avait guidée, elles ne m'avaient jamais été refusées.

Le blocage ne me vient qu'avec le violon. Mais, là, il est... coriace ! Dès que je vois mon prof (Olivier !!!), j'ai peur de le décevoir et je  suis tétanisée, même en rêve (on ne rit pas !). Je voudrais tellement bien faire que c'est pitoyable. Et dès que j'entend jouer les autres, je me  dis que c'est fichu pour moi : j'ai l'oreille sélective et je n'entend que ma nullité quand ils jouent...

Franchement, je crois que c'est parce qu'enfant on m'a dit que les cours de violon, le solfège, le conservatoire, ce n'était pas pour moi. Dès que je perds cette crainte, cela me donne des ailes et je joue encore et encore. Mais dès que la crainte revient, il n'y a plus personne et je range le violon.

Heureusement qu'Olivier est patient et pédagogue !

Hors ligne vero4strings

Re : Rapport prof-élève
« Réponse #10 le: 22 novembre 2013 à 09:45:41 »
Les bleus qu'on prend quand on est enfant sont les plus difficiles à soigner. J'ai des amis sportifs qui à la quarantaine passée souffrent de vieilles blessures oubliées durant des années.
Le cerveau c'est pareil. Je connais des gens qui ont été cassé par un prof de collège qui leur a dit qu'ils chantaient faux et qui retiennent au fond d'eux ce chant qui veut sortir.
Pareil pour la musique. je rencontre des parents tout triste d'avoir été dégoutée par des professeurs.
Au fond de nous, l'enfant blessé est toujours là. parfois c'était une réflexion anodine, un peu moqueuse mais qui a fait beaucoup de mal. Nous sommes hélas dans le pays de la moquerie. C'est nul, ça fait mal, pour longtemps parfois.
Mes élèves adultes sont parfois tétanisé par des conjoints moqueurs ou moins moqueur. Jaloux peut être, je ne sais. J'ai le souvenir d'une élève qui a commencé l'accompagnement. Son mari s'est moquée d'elle, ça a été finit.
Essaye de repenser à ce moment de ta vie qui t'a tant fait mal. QUi a dit ça, dans quelle circonstance ? Et pourquoi ce n'est pas pour toi ? Le solfège, c'est simple, c'est carré. La musique est une langue plus simple dans sa grammaire que n'importe quelle autre langue.
Je vois mal pourquoi la musique et les études musicales seraient refusées à quelqu'un. Au nom de quoi ? Tou le monde peut l'apprendre, même ceux qui ont une oreille pas très sensible, même des handicapés. j'ai un ami violoniste qui n'a pas de pouce à la main droite. Ma percusionniste a une maladie des muscles. Et ils jouent. Et mon élève atonal et arythmique s'est accroché et il a fait des progrès sensationnel. Il me surprend tous les jours alors que je me disais qu'il aurait toujours du mal !
Et ma maman... elle voulait faire du piano étant enfant. On lui a répondu : tu apprendras à taper à la machine, ça fera pareil. Nul.....  :marteau:
Le son, il est pas dans le violon, mais dans tes doigts !

Hors ligne Marie

Re : Rapport prof-élève
« Réponse #11 le: 22 novembre 2013 à 09:58:44 »
Moi c'était juste : c'est ton frère qui sera le musicien de la famille. Et c'est lui qui a suivi des cours de piano avec ma grand-mère (pianiste et violoniste !). Elle n'a pas voulu m'apprendre le violon. Ma mère avait la flemme de me conduire au conservatoire de Versailles en voiture dans les embouteillages et elle a dit non aussi. L'école c'était bien suffisant comme activité. Et voilà. Pas plus compliqué que ça. Je suis restée à contempler le violon de ma grand-mère rangé sous le piano ! Et mon frère n'est pas musicien pour autant !

Hors ligne nounax

Re : Rapport prof-élève
« Réponse #12 le: 22 novembre 2013 à 14:00:42 »

Je suis, bizarrement, dans le cas de figure à la fois de l'élève "bloqué" et de l'élève "pas bloqué". Je l'ai dit, j'ai fait de longues études sans jamais ressentir ce problème et dans des domaines que j'adore (littérature, langue, histoire, histoire de l'art...) . Je pouvais travailler sereinement en donnant le meilleur de moi-même. Mais, ces études, le hasard m'y avait guidée, elles ne m'avaient jamais été refusées.

Le blocage ne me vient qu'avec le violon. Mais, là, il est... coriace ! Dès que je vois mon prof (Olivier !!!), j'ai peur de le décevoir et je  suis tétanisée, même en rêve (on ne rit pas !). Je voudrais tellement bien faire que c'est pitoyable. Et dès que j'entend jouer les autres, je me  dis que c'est fichu pour moi : j'ai l'oreille sélective et je n'entend que ma nullité quand ils jouent...




moi c'est exactement pareil ... pour le violon ,on voit le résultat immédiat de ce qu'on joue, et puis aussi on peut facilement, en écoutant un CD, avoir une idée de comment on devrait jouer ...et en plus les autres nous renvoient très facilement l'écart entre ce qu'on fait et ce qu'on devrait faire ...
Dans la vie professionnelle hors violon je trouve que l'écart est moins perceptible, on n'a pas forcément une idée immédiate de l'écart entre ce qu'on fait et ce qu'on devrait faire, sauf peut-être certaines professions artistiques ou les entrepreneurs.

Concernant les adultes je dirais que le pire ce sont les gens qui ont (ou ont eu) un poste à responsabilité. Ils ont un mal fou à suivre les consignes !

Moi c'est pareil ... je pense qu'on n'a plus l'habitude de recevoir de consigne, on a surtout l'habitude d'en donner !
Et puis on a une idée plus précise de ce qu'on cherche, ce qui est différent d'un enfant.
Peut être que le rapport prof élève devrait alors être modifié, ne plus être seulement donneur/receveur.

Concernant la réussite d'un morceau, je pense qu'on n'a pas à mener l'élève jusqu'à l'exécution parfaite non plus.

Je suis d'accord mais on devrait pouvoir emmener le morceau jusqu'à ce que l'élève puisse dire devant son prof "je suis prêt à le jouer ne audition ou devant ma famille"

Nounax, il y a un mot que je ne comprends pas et qui m'a fait tomber de très très haut, le mot est faible. C'est quoi cette histoire de "décevoir" un prof???? Là, je ne comprends pas. Aucun de mes élèves de m'a jamais déçue. Mais alors jamais.

Je sais bien qu'aucun "lève ne déçoit le prof, moi non plus aucun élève ne me déçoit car je n'ai pas de relation affective à ce point avec mes élèves, et parce que mon travail est qu'ils progressent.
Mais dans les faits, on travaille aussi en espérant que le p^rof sot "content", quel que soit l'age. Et quand le prof n'est pas content, on le prend pour soi.
Peut être  que, en tant que prof, nous devrions essayer de ne pas montrer de contentement/mécontentenemt, mais trouver un autre mode de reconnaissance. Surtout dans le "mécontentement" ...


Pour ta remarque concernant le haut niveau, Olivier, je comprends mal. Pourquoi a un moment faudrait-il entrer dans une exigeance morose, un prof père fouettard. Justement, l'élève doit fournir plus. Donc autant le mettre en confiance, dans la joie et le plaisir. L'important est déjà la motivation de l'élève. Purquoi il est là, qu'est ce qu'il veut en faire. Si c'est devenir professionnel, enseigner ou autre, on explique les objkectifs et pourquooi on demande telle ou telle chose. Si l'élève est motivé il va s'y mettre, pas besoin de fouet. S'il n'est pas motivé, à quoi bon mettre la pression. Il faut peut être revoir les choses et passer dans une case plus "amateur", non ?

C'est le cas de ma fille ainée en ce moment et j'aimerais bien que mon prof lache la pression et comprenne ça ...

L'autre jour à l'entrainement j'avais envie d'aba,donner j'atais cuite. le prof nous a dit de continuer, car quand on est fatigué, on utilise la technique et plus la force. C'est ainsi qu'on progresse. Ca m'a fouettée dans le bon sens et j'ai continuée. Il m'aurait traitée de tous les noms d'oiseaux, je ne revenais plus en cours !! Là j'ai envie de doubles les horaires l'année prochaine (mon prof, il est génial !!!!)

C'est comme ça que j'essaie de faire avec mes élèves : les emmener plus loin. et si ça marche, c'est total respect des 2 côtés !


« Modifié: 22 novembre 2013 à 14:02:48 par nounax »
"Si je ne brulais pas, crois-tu que je pourrais chanter ?"
Edith Piaf

Hors ligne nounax

Re : Re : Rapport prof-élève
« Réponse #13 le: 22 novembre 2013 à 14:04:41 »

Mes élèves adultes sont parfois tétanisé par des conjoints moqueurs ou moins moqueur. Jaloux peut être, je ne sais. J'ai le souvenir d'une élève qui a commencé l'accompagnement. Son mari s'est moquée d'elle, ça a été finit.


Moi aussi j'ai eu ça, j'ai fini par faire comprendre que j'en avais assez.
Quand mon mari a vu comment je m'investissais dans mon stage d'été, je pense qu'il a compris qu'il fallait arrêter.
Et puis il apprend aussi un instrument, il voit bien ce que ça fait quand on a du mal.
Jaloux ? c'est pas exclu.
"Si je ne brulais pas, crois-tu que je pourrais chanter ?"
Edith Piaf

Hors ligne vero4strings

Re : Rapport prof-élève
« Réponse #14 le: 22 novembre 2013 à 15:39:28 »
Oui, la critique est facile... Un adulte, ça a un métier dans les mains, souvent une famille. Quand on débute un instrument, surtout si on n'a jamais fait de musique, on repart de rien. On n'est pas performant du tout alors qu'on l'est ailleurs (surtout quand on est maman, pas vrai les filles ?) Si en plus la famille se moque, c'est nul !
Nos concitoyens sont très critiques. J'ai dit à une élève qui est très moquée par son mari de lui tendre la guitare et de lui dire "et bien vas-y, montres-moi puisque tu critiques..."

Notre époque valorise la performance et nous, pauvres apprenons ne ne pouvons allez dans la performance puisque nous commençons. Et si on valorisait plutôt le progrès de chacun.

Je ne suis pas d'accord avec la question de l'écoute. Le CD est parfait. L'artiste n'a sans doute jamais joué le morceau tel qu'on l'entend. Déjà Glen Gould trafiquait les bandes pour ses disques alors...

Pour moi le prof est à la disposition de l'élève. Qu'est ce que l'élève veut de moi ?
Le son, il est pas dans le violon, mais dans tes doigts !