Auteur Sujet: Exemple d'harmonies similaires  (Lu 3247 fois)

Hors ligne natsaka

Exemple d'harmonies similaires
« le: 01 janvier 2013 à 12:23:21 »
Bonjour à tous,

Je ne sais pas si le mot "harmonie" est clair dans votre esprit. Pour un musicien, une "harmonie municipale" est un ensemble d'instrument à vent, bois (flûte, clarinette, haubois, basson) et cuivre (famille des saxophones, trompette, cor d'harmonie, trombone)... pour un boudhiste, c'est l'aptitude propre à chacun de vivre en bonne entente, pour un compositeur, c'est l'art et la manière d'agencer les sons polyphoniques et "d'enchaîner" les accords.

L'harmonie est une raisonnance des sons, un son n'est pas "pur" en lui même, il est construit avec des "harmoniques". En étouffant une corde, sur un violon ou une guitare (ou même sur une harpe, j'ai déjà eus la démonstration sous mes yeux), on peut entendre ces derniers.

Prenez par exemple, votre ré sur la corde de la (3ième doigt) mais au lieu d'appuyer votre doigt sur la corde, effleurer pour que seul les harmoniques (plus sensible à la pression la plus infime) ressortent... et vous entendrez un "la" deux octaves au dessus de la corde à vide. Que s'est-il passé ? Rien de grave, rassurez vous. Vous aurez dans l'oreille la preuve que le ré est une note en "harmonie" avec le la, qui est une de ses "harmoniques".

Ceci est une introduction à la notion d'harmonie. Je ne veux pas vous barber d'avantage. Mais lorsque vous aurez acquis (pour les plus débutant) votre troisième doigt, j'aimerais que vous en fassiez l'expérience, car tant que vous ne l'aurez pas fais, vous passerez à côté d'une notion essentiel à votre instrument : les sifflements intempestifs découlent des harmoniques mal gérées.

Passons maintenant juste pour le fun à un exemple des plus frappant d'harmonies "similaires".
Tout le monde connait "Ah vous dirais-je maman" (lady mum dans la méthode de notre vénéré administrateur, et "Twinkle, twinkle, little star" pour les anglophones) ?
C'est une chanson populaire très ancienne. Mozart en a fait des variations (et il est pas le seul).
N'avez vous jamais remarquer que son harmonisation est similaires avec la plupart des chansons populaires qu'on nous chantait étant enfant ?



Pourquoi toutes ses comptines se ressemblent tant ? Parce qu'elles sont basés sur la même harmonie, la même suite d'accord, dans la même grille (de mesures en mesures semblables), de telle sorte que si notre oreille connaît cette suite d'accords, il nous est très facile de passer d'un chant à l'autre sans qu'on ai à "redonner le ton".

Si ce sujet vous intéresse, je tenterais d'expliquer (à moins que Lionelsax le fasse) la succession des degrés dans cette oeuvre de base. Car la construction d'un morceau aussi simple obéis à des lois harmoniques, qui sont la bases des chants populaires (et plus savants).

Bonne année musicale à tous

Nat.(barbie)
La pointe, c'est de l'autre côté !

Hors ligne Yveline

  • Modérateur Global
  • Membre Fortissimo
  • *****
  • Messages: 5783
  • Total likes: 14
  • mon avatar : "Yveline" par Shadow
Re : Exemple d'harmonies similaires
« Réponse #1 le: 02 janvier 2013 à 09:57:53 »
c'est intéressant, Nat et on veut bien que tu nous en explique plus ! mais doucement, qu'on ait le temps d'assimiler de de digérer  lol

Hors ligne natsaka

Re : Exemple d'harmonies similaires
« Réponse #2 le: 02 janvier 2013 à 11:20:58 »
Le temps de réfléchir à l'art et la manière de vous amener cela en douceur et je vous pond l'analyse harmonique...

Nat.(bientôt)
La pointe, c'est de l'autre côté !

Hors ligne Violine

Re : Exemple d'harmonies similaires
« Réponse #3 le: 02 janvier 2013 à 12:01:56 »
Bonjour,
Je possède quelques notions de solfège (je déchiffre les partitions en clé de sol sans problèmes) mais ceci est un sujet tout nouveau pour moi et cela m'intéresse...à petites doses afin de bien comprendre.
C'est bien expliqué.  Merci

Hors ligne Marie

Re : Exemple d'harmonies similaires
« Réponse #4 le: 02 janvier 2013 à 12:31:45 »
Moi aussi cela m'intéresse, expliqué bien doucement.

Hors ligne Souriya

Re : Exemple d'harmonies similaires
« Réponse #5 le: 02 janvier 2013 à 19:53:14 »
C'est très bien expliqué, merci Natsaka :)
(dans mes favoris la page!)
"Je sais pourquoi tant de gens aime couper du bois. C’est une activité où l’on voit tout de suite le résultat." Albert Einstein
http://apprendre-le-violon-a-27-ans.fr

Hors ligne natsaka

Re : Exemple d'harmonies similaires
« Réponse #6 le: 03 janvier 2013 à 17:48:22 »
Bonjour à tous,

Vous vous souvenez j'espère que dans le sujet de la tierce picarde, j'étais amenée à vous parler des différents degrés d'une tonalité.
L'exemple que je vous ai donné alors était les degrés d'une tonalité mineure.

Afin de vous faciliter la tâche, il faut que je vous décline le même processus en mode majeur, puisque l'exemple donné plus haut est en ré majeur.

Je vous décris à la file les accords des différents degrés. Mais pas de panique, ce n'est pas à apprendre par coeur, je l'écris ici en guise de référence, pour que vous veniez à le relire en cas de besoin.

Premier degré : accord de ré majeur : ré-fa#-la. Connu aussi sous le nom "accord de tonique"

Deuxième degré : accord de mi mineur, : mi-sol-si.

Troisième degré : accord de fa# mineur : fa#-la-do#.

Quatrième degré : accord de sol majeur : sol-si-ré. Appelée aussi "accord de sous-dominante"

Cinquième degré : accord de la majeur : la-do#-mi, l'accord de dominante.

Sixième degré : accord de si mineur : si-re-fa#.

Septième degré : accord de quinte diminuée : do#-mi-sol.


Ceux qui ont la chance d'avoir un piano, qu'ils n'hésitent pas à jouer les accords décris plus haut.

Un peu d'histoire :
A la différence de la mathématique des intervalles, les chiffres des degrés s'expriment avec des chiffres romain, depuis un certain Monteverdi... à la fin du même siècle, Vivaldi pétait un cable en s'appercevant que son claveciniste ne savait pas lire ses chiffrages... il a donc écrit en toutes notes un accord de re-fa#-la-mi, entouré, et chiffré d'une plume épaisse V 7+ et parafée "per i coglioni" (l'oeuvre était en sol majeur) le degrés de l'accord était le cinquième (dominante) sur une intervalle de septième et de tierce majorée, dite septième de dominante.

Vous l'avez compris, cela fait longtemps que les maths et la musique sont mariés.

Les degrés d'une tonalité s'expriment en chiffre romain : I, II, III, IV, V, VI, et VII.
Les intervalles en chiffres arabes : 5, 6, 7... barré ou non, et décomposé verticalement du plus grand au plus petit, de haut en bas.

Je vous prépare quelque illustrations pour accompagné ce message qui sera édité dans quelques jours (je ne veux pas que vous ayez peur de mes propos avant que j'ai achevé)

Nat.(pas-finie)
« Modifié: 03 janvier 2013 à 20:45:44 par natsaka »
La pointe, c'est de l'autre côté !

Hors ligne Olivier LESSEUR

  • Administrateur
  • Membre Fortissimo
  • *****
  • Messages: 10926
  • Total likes: 395
  • Apprendre c'est bien. Comprendre, c'est mieux.
    • Une méthode de violon en 8 volumes avec CDs audios, dvd-rom et DVDs de cours vidéos, pour apprendre et perfectionner le violon classique, irlandais, tzigane et jazz.
Re : Exemple d'harmonies similaires
« Réponse #7 le: 04 janvier 2013 à 06:47:07 »
 :toutok: les shémas, nat' c'est sympa sur ce sujet important côté solfège mais un sujet pas toujours très "digeste" ... grin-grin
Lisez le livre de olivier Lesseur le violon autrement :LVA: pour comprendre la technique et harmoniser les gestes avec l'instrument.
+ de 2000 cours vidéos GRATUITS sur la chaine Youtube "Apprendre le Violon"
La méthode d'Olivier Lesseur en 8 volumes : http://www.methodelesseur.fr

Hors ligne Yveline

  • Modérateur Global
  • Membre Fortissimo
  • *****
  • Messages: 5783
  • Total likes: 14
  • mon avatar : "Yveline" par Shadow
Re : Exemple d'harmonies similaires
« Réponse #8 le: 04 janvier 2013 à 09:06:02 »
merci Nat, c'est vraiment très intéressant et bien expliqué (et j'ai la chance d'avoir un piano  :clindoeil2:)

Hors ligne Chantal

  • Membres intégrés
  • membre Staccato
  • ***
  • Messages: 1043
  • Total likes: 0
  • Mettre le feu à son violon!!!
    • Retraite et Violon
Re : Exemple d'harmonies similaires
« Réponse #9 le: 04 janvier 2013 à 10:02:25 »
Super Nat tes dessins, la première impression : couleur papier miel, écritures noire, je me dis "tiens Nat nous écrit en chinois"   :oops:   et puis eh! non ce sont des notes... 
Bien expliqué, oui, vas-y doucement!!!   :marteau:
La corde de sol, la plus grave, suscite une sonorité riche, profonde, inspire un sentiment de noblesse. La corde de ré se distingue par son caractère plus passionné, plus vif. La corde de la s'ouvre et s'épanouit dans l'espace. La plus brillante et la plus extravertie des quatre est la corde de Mi.

Hors ligne natsaka

Re : Exemple d'harmonies similaires
« Réponse #10 le: 04 janvier 2013 à 12:38:25 »
Merci chantal, et à tous...
J'ai fais ces petit "dessins" à l'aide de ma tablette tactile android, et l'excellente application "antipaper note" qui contient entre autre, une feuille de partition vierge... un bon moyen de prendre des "notes"...

 C'était le quart d'heure de pub

Je vous fournis maintenant l'image d'une analyse harmonique proprement dire (c'est ainsi que nous avons été éduqué, à la dure)


J'ai conscience que cela fait peur : des chiffrages, quel horreur ! "Que-sont-ce-donc-ces-grosses-bêtes" !
Je trouve cela cependant plus pratique pour vous montrer que les chiffrage s'écrivent à la verticale (chose quasiment impossible à faire dans des textes en lignes)

Si vous ne regardez que les chiffres romains, vous vous apercevrez que seuls les I, IVe et Ve degrés sont utilisés. Ceci est très fréquent dans les chansons populaires. Encore de nos jours, ce sont les trois degrés les plus utilisés. En fait, la musique populaire se réduit presque aux trois degrés "principaux", les seuls dont tout les musiciens connaissent au moins les noms : Tonique, Sous-dominante et Dominante.

Petit aparté pour le fun : Les autres degrés s'appellent : Sur-tonique, Pivot, Sur-dominante et Sous-tonique... (mais je vous dirais pas lesquelles, à vous de deviner)

Les intervalles utilisé sont aussi standards, on n'y trouve ni accord de septième, ni tierce augmentée, ni quarte et seconde, rien d'effrayant en sommes  :ouuh: Seuls se trouvent les intervalles de "quintes" et ses deux renversements : la "sixte" et la "sixte-et-quarte".

Je ne voudrais pas insulter votre sens logique, mais je crois que je me dois de l'exprimer clairement, bien que ce soit un rappel d'une discussion précédente : les "quintes" se chiffrent "5", les "sixtes", "6" et les "sixtes-et-quartes", respectivement de bas en haut "6" et "4". Les chiffres des degrés s'écrivent en dessous du chiffrages des intervalles.
Forts de cela, les accords se déclinent donc comme suit : (Je tiens à m'excuser pour le côté redondant : je l'ai appris ainsi, en toute lettre, et c'est comme cela que l'analyse est la plus efficace pour réussir son bac... chaque examinateur épluchant les termes, nous l'avons appris dans les règles)

Premier : Accord de "quinte", fondamentale de l'Accord-Parfait-Majeur du premier degré. Ré-fa#-la
Deuxième : Accord de "sixte", premier renversement de l'Accord-Parfait-Majeur du quatrième degré. Si-ré-sol.
Troisième : Accord de "quinte", fondamentale de l'Accord-Parfait-Majeur du cinquième degré. La-do#-mi.
Quatrième : Accord de "quinte", fondamentale de l'Accord-Parfait-Majeur du quatrième degré. Sol-si-ré.
Cinquième : Accord de "sixte", premier renversement de l'Accord-Parfait-Majeur du premier degré. Fa#-la-ré.
Sixième : Accord de "sixte-et-quarte", second renversement de l'Accord-Parfait-Majeur du cinquième degré. Mi-la-do#.
Septième : Accord de "quinte", fondamentale de l'Accord-Parfait-Majeur du premier degré. Ré-fa#-la.

Je vous supplie de ne pas hurler de peur... si quelque chose n'est pas clair, faites le moi savoir... J'ai appris la musique à l'époque où j'avais le cerveau très souple et lorsque j'analyse une harmonisation, je le fais dans les termes des compositeurs, en un mot, je vous ai analysé les quatres mesures ci-dessus, avec les termes du métier. Ce sont des maths, c'est une discipline logique, et si vous avez l'habitude de manier les chiffres, en prenant soins d'assimiler les termes séparés par des virgules, et en comprenant l'ordre des appellations ("intervalles", "numéro du renversement", "type d'accord", "degré utilisé" et "décomposition de l'accord") il n'est pas impossible que vous compreniez cet article.

Prenez votre temps, et n'hésitez pas à tirer la sonnette d'alarme, en un mot : ne sautez pas du train en marche.

Nat.(ferroviaire)

PS : Si Yveline (qui n'est pas achromate, comme moi) juge bon de mettre des couleurs, qu'elle n'hésite pas non plus... c'est pour la bonne cause.
La pointe, c'est de l'autre côté !

Hors ligne Yveline

  • Modérateur Global
  • Membre Fortissimo
  • *****
  • Messages: 5783
  • Total likes: 14
  • mon avatar : "Yveline" par Shadow
Re : Re : Exemple d'harmonies similaires
« Réponse #11 le: 04 janvier 2013 à 17:35:47 »
PS : Si Yveline (qui n'est pas achromate, comme moi) juge bon de mettre des couleurs, qu'elle n'hésite pas non plus... c'est pour la bonne cause.

oui, Nat, je verrai si ça peut aider ... faut déjà que je m'en imprègne et que j'essaie de comprendre  rolleyes ...

demain, parce que ce soir, la tête est un peu trop fatiguée, plutôt envie de  :violon3sm:

Hors ligne Olivier LESSEUR

  • Administrateur
  • Membre Fortissimo
  • *****
  • Messages: 10926
  • Total likes: 395
  • Apprendre c'est bien. Comprendre, c'est mieux.
    • Une méthode de violon en 8 volumes avec CDs audios, dvd-rom et DVDs de cours vidéos, pour apprendre et perfectionner le violon classique, irlandais, tzigane et jazz.
Re : Exemple d'harmonies similaires
« Réponse #12 le: 04 janvier 2013 à 21:43:03 »
Pour ceux / celles qui sont en train de mettre l'aspirine dans l'eau  grin-grin ... un bon exercice est d'essayer de trouver les accords sur la 2ème ligne du bas, attention ils sont souvent renversés, c'est à dire pas dans l'ordre comme ci-dessous.

en notation "tous styles", les accords sont :

D = RE fa# la = degré I ( RE est la 1ère note dans la gamme de RE majeur ! )

G = sol si ré = degré IV ( sol est la 4ème note dans la gamme de RE majeur )

A = la do# mi = degré V ( la est la 5ème note dans la gamme de RE majeur )
Lisez le livre de olivier Lesseur le violon autrement :LVA: pour comprendre la technique et harmoniser les gestes avec l'instrument.
+ de 2000 cours vidéos GRATUITS sur la chaine Youtube "Apprendre le Violon"
La méthode d'Olivier Lesseur en 8 volumes : http://www.methodelesseur.fr

Hors ligne Marie

Re : Exemple d'harmonies similaires
« Réponse #13 le: 05 janvier 2013 à 10:56:14 »
J'attends d'avoir le cerveau reposé pour lire tout ça !  grin-grin

Hors ligne natsaka

Re : Exemple d'harmonies similaires
« Réponse #14 le: 05 janvier 2013 à 13:12:23 »
Je m'apperçoie que je vais trop vite :

Je pense que deux termes vous sont nécessaires pour comprendre les analyses harmoniques : "fondamental" et  "renversement".

Je ne vous présente plus Pythagore, tout le monde se souvient de ses théorèmes en forme et dimension architecturale. Mais ce qu'on ignore, c'est qu'il n'était pas un architecte, mais un mathématicien : et à ces heures perdues, un musicien lyrique, il jouait de la lyre (comme Néron).
La lyre, le violon, la cythare sont toute accordé selon la gamme pythagoricienne, de quinte en quinte.
Ceci pour la petite histoire.

Que viennent faire ici, les fondamentales et renversements ?

C'est tout simplement parce que si Pythagore n'avait pas mis sont né dans le "cycle" des sons, cette possibilité musicale n'aurait pas vue le jour.
Tout le monde connait les gammes (restons sur le ré majeur) : ré mi fa# sol la si do#... et ré (mi, fa#... etc)... on peut continuer comme cela indéfiniment.

Et c'est parce que la musique est infinie que les renversements sont possible... Mais si les renversements existent, c'est aussi parce qu'à l'origine, (aux fondations, à la naissance des accords) un accords se présente d'une certaine façon et pas d'une autre. Explication sur le premier degré du ré majeur : l'Accord-Parfait-Majeur de ré.

C'est un accord à l'état fondamental. il est construit avec une fondamentale (le ré), une tierce (le fa#) et une quinte (le la). C'est l'état le plus facile à reconnaître, il ressemble à une succession de note les unes au dessus des autres, sans "trou" entre elles. Pour la chiffrer, on utilise l'intervalle le plus grand, la quinte, et sera chiffrée 5. Pourquoi par la tierce ? parce qu'elle est sous-entendue. Si au fondement de l'histoire, le chiffrage de la tierce était apparent, on l'a par la suite de moins en moins utilisée : la tierce est une telle évidence que son chiffrage est inutile. Dans un temps plus avancé, c'est le chiffrage de la quinte qui fut abandonné, on ne l'utilise plus que dans les analyses harmoniques : dans les partitions elle n'apparaît même plus... on ne voit plus qu'une note à la base (le ré) et le reste coule de source... Mais je m'égare... Vous n'avez besoin pour comprendre la fondamentale du premier degré que les termes suivant :
Son intervalle -> accord de "quinte".
Son numéro de renversement -> ici, il n'y a pas de renversement, c'est une fondamentale
Son type d'accord -> c'est un accord parfait majeur (construit avec une tierce majeure et une "quinte juste")
Son degré -> le premier degré
Sa tonalité -> ré majeur

D'où la définition complète de cet accord :
Accord de quinte, fondamental de l'accord parfait majeur, du premier degré de ré majeur...

C'est un peu long ? Mais ce n'est que le début, passons aux renversements... dans un autre message (le temps de vous le mitoner).

Nat.(précise)
La pointe, c'est de l'autre côté !